Bienvenue!
Ecrire un poème
Vos Poemes
 Poème Abandon (77)
 Poème Acrostiches (29)
 Poème Amitié (142)
 Poème Amour (595)
 Poème Anglais (29)
 Poème Animal (80)
 Poème Anniversaire (47)
 Poème Bebe (46)
 Poème Coupable (76)
 Poème Dictons (31)
 Poème Divers (1015)
 Poème Drague (28)
 Poème Ecole (30)
 Poème en prose (78)
 Poème Enfant (108)
 Poème Enterrement (22)
 Poème Esprit (23)
 Poème Fête des grands-mères (14)
 Poème Fête des mères (52)
 Poème Fleurs (30)
 Poème Gothique (35)
 Poème Heureux (33)
 Poème Internet (69)
 Poème Interrogations ? (32)
 Poème Italien amoureux et amoureuse (51)
 Poème Jacques Prévert (63)
 Poème Japonais (31)
 Poème Maman (51)
 Poème Mariage (75)
 Poème Meilleur ami (85)
 Poème Mort (92)
 Poème Noel (66)
 Poème Nous (63)
 Poème Papa (78)
 Poème Pardon (75)
 Poème Parents (35)
 Poème Paul Eluard (74)
 Poème Racisme (27)
 Poème Religion (35)
 Poème Responsabilité (24)
 Poème Retraite (21)
 Poème Rêves (30)
 Poème Rires (76)
 Poème Romantique (43)
 Poème Rupture (34)
 Poème Saint Valentin (35)
 Poème Secret (19)
 Poème Skyblog (76)
 Poème SMS Amour (35)
 Poème Soeur (36)
 Poème Soleil (73)
 Poème Solitude (67)
 Poème Souffrance (99)
 Poème Toi (50)
 Poème Travail (42)
 Poème Triste (95)
 Poème Vengeance (69)
 Poème Vérité (41)
 Poème Verlaine (78)
 Poème Victor Hugo (68)
 Poème Vie (59)
 Poème Vieillesse (16)
 Poème Violence (31)
 Poème Voyage (24)

 Lettre amour (47)

Marie  Format imprimable  Format imprimable

Un robinet qui goutte en distillant le temps
La radio en sourdine déferlant ses rengaines
Qui parlent de soleil, de baisers et d’amants...
Un parfum de café amer comme une peine
Flotte doucement dans ta petite cuisine
Dehors, le jour se lève sur les usines
Dessinant sur l’aurore l’ombre des cheminées
Et des murs des cités de la ville d’Aubervilliers
Marie, pour t’évader, tu vas prendre le bus
Attraper le métro près du Marché aux puces
Et t’asseoir pour un peu plus de sept heures
A suivre toujours la cadence
Du vilain timbre composteur
De cette machine qui se balance
Comme tu gâches ta vie
A grands coups de badgeuse !
C’est donc si important que tu sois malheureuse
Alors, c’est que t’as rien compris
A la dure loi du profit
Marie ! Marie ! C’est pour toi que je chante !
Marie ! Marie ! Oui, ça se passe en France





Les poèmes sont la propriété de leurs poètes.
Contact  -  Soumettre un poème  -  Accueil