Bienvenue!
Ecrire un poème
Vos Poemes
 Poème Abandon (77)
 Poème Acrostiches (29)
 Poème Amitié (142)
 Poème Amour (595)
 Poème Anglais (29)
 Poème Animal (79)
 Poème Anniversaire (47)
 Poème Bebe (46)
 Poème Coupable (76)
 Poème Dictons (31)
 Poème Divers (886)
 Poème Drague (28)
 Poème Ecole (30)
 Poème en prose (78)
 Poème Enfant (108)
 Poème Enterrement (22)
 Poème Esprit (22)
 Poème Fête des grands-mères (14)
 Poème Fête des mères (52)
 Poème Fleurs (30)
 Poème Gothique (35)
 Poème Heureux (33)
 Poème Internet (69)
 Poème Interrogations ? (32)
 Poème Italien amoureux et amoureuse (51)
 Poème Jacques Prévert (63)
 Poème Japonais (31)
 Poème Maman (50)
 Poème Mariage (75)
 Poème Meilleur ami (85)
 Poème Mort (92)
 Poème Noel (66)
 Poème Nous (63)
 Poème Papa (77)
 Poème Pardon (75)
 Poème Parents (35)
 Poème Paul Eluard (74)
 Poème Racisme (27)
 Poème Religion (35)
 Poème Responsabilité (24)
 Poème Retraite (21)
 Poème Rêves (30)
 Poème Rires (76)
 Poème Romantique (43)
 Poème Rupture (34)
 Poème Saint Valentin (35)
 Poème Secret (19)
 Poème Skyblog (76)
 Poème SMS Amour (35)
 Poème Soeur (36)
 Poème Soleil (73)
 Poème Solitude (67)
 Poème Souffrance (99)
 Poème Toi (50)
 Poème Travail (42)
 Poème Triste (95)
 Poème Vengeance (69)
 Poème Vérité (41)
 Poème Verlaine (78)
 Poème Victor Hugo (68)
 Poème Vie (59)
 Poème Vieillesse (16)
 Poème Violence (31)
 Poème Voyage (24)

 Lettre amour (47)

Étude Realiste  Format imprimable  Format imprimable

Les pieds d'un bébé, comme le rose de mer-coquilles,

Pourrait tenter, si le ciel voit le rassemblement,

Les lèvres d'un ange à embrasser, nous pensons,

Les pieds d'un bébé.

Comme se sont levées-hued les mer-fleurs vers la chaleur

elles s'étendent et écartent et clignent de l'oeil

Leurs dix bourgeons mous qui pièce et se réunissent.

Aucunes fleur-cloches qui augmentent et se rétrécissent

Bonbon à lueur à moitié tellement divinement

Comme l'éclat la vie untrodden le bord

Les pieds d'un bébé.

II.

Les mains d'un bébé, comme des boutons de rose furled

D'où pourtant aucune feuille augmente,

Ope si vous contact, vous fermez cependant upcurled,

Les mains d'un bébé.

Puis, jeûner comme les guerriers saisissent leurs marques

Quand le boulon de la bataille est lancé,

Ils se ferment, dur serré comme serrer des bandes.

Bouton de rose pourtant par aube pas impearled

Le match, même dans les plus belles terres,

Les fleurs les plus douces en tout monde –

Les mains d'un bébé.

III.

Un bébé observe, avant que la parole commencent,

Avant que les lèvres apprennent des mots ou des soupirs,

Bénir toutes les choses assez lumineuses pour gagner

Les yeux d'un bébé.

Aimer, alors que la chose douce rit et se trouve,

et dormir des écoulements dehors et dedans,

Voit parfait dans eux le paradis.

Leur regard pourrait mouler dehors font souffrir et péché,

Leur discours font sourd-muet le sage,

Par l'heureuse divinité muette sentie en dedans

Les yeux d'un bébé.





Algernon Charles Swinburne

Les poèmes sont la propriété de leurs poètes.
Contact  -  Soumettre un poème  -  Accueil