Bienvenue!
Ecrire un poème
Vos Poemes
 Poème Abandon (77)
 Poème Acrostiches (29)
 Poème Amitié (144)
 Poème Amour (603)
 Poème Anglais (29)
 Poème Animal (80)
 Poème Anniversaire (48)
 Poème Bebe (46)
 Poème Coupable (82)
 Poème Dictons (31)
 Poème Divers (1198)
 Poème Drague (30)
 Poème Ecole (35)
 Poème en prose (84)
 Poème Enfant (108)
 Poème Enterrement (27)
 Poème Esprit (23)
 Poème Fête des grands-mères (24)
 Poème Fête des mères (62)
 Poème Fleurs (32)
 Poème Gothique (36)
 Poème Heureux (34)
 Poème Internet (70)
 Poème Interrogations ? (44)
 Poème Italien amoureux et amoureuse (51)
 Poème Jacques Prévert (68)
 Poème Japonais (32)
 Poème Maman (51)
 Poème Mariage (75)
 Poème Meilleur ami (86)
 Poème Mort (97)
 Poème Noel (66)
 Poème Nous (63)
 Poème Papa (79)
 Poème Pardon (75)
 Poème Parents (35)
 Poème Paul Eluard (75)
 Poème Racisme (27)
 Poème Religion (36)
 Poème Responsabilité (24)
 Poème Retraite (22)
 Poème Rêves (30)
 Poème Rires (81)
 Poème Romantique (48)
 Poème Rupture (44)
 Poème Saint Valentin (40)
 Poème Secret (24)
 Poème Skyblog (77)
 Poème SMS Amour (40)
 Poème Soeur (36)
 Poème Soleil (74)
 Poème Solitude (68)
 Poème Souffrance (99)
 Poème Toi (56)
 Poème Travail (42)
 Poème Triste (101)
 Poème Vengeance (69)
 Poème Vérité (41)
 Poème Verlaine (79)
 Poème Victor Hugo (68)
 Poème Vie (59)
 Poème Vieillesse (17)
 Poème Violence (31)
 Poème Voyage (29)

 Lettre amour (48)

Si naïfs  Format imprimable  Format imprimable

Si naïfs, si fragiles,
Ignorants des problèmes du monde
Et des soucis de leurs parents,
Jouent tranquillement, dans le jardin, les enfants.

Pendant que des bombes explosent,
Que des avions se crachent,
Ils voient la vie en rose
Et jouent à cache-cache.

Bordés avec soin par leur maman,
Dans leur petit lit par de grands draps blancs,
Dorment paisiblement les enfants,
Loin des discutions et des soucis des grands.

Pendant que des gens ne trouvent pas de logement,
Les enfants rient gaiement et jouent tours toujours.
Alors que ces gens dorment dans des cartons,
Les enfants s’amusent et mangent des bonbons.

Alors que là-bas, on meurt de faim,
Ici, les enfants donnent leur nourriture au chien :
Encore cette naïveté,
Car, si seulement ils savaient !

Certains enfants, enfin, pleurent ;
Alors que des gens meurent
A cause de toutes ces guerres :
Leurs parents sont morts hier





Les poèmes sont la propriété de leurs poètes.
Contact  -  Soumettre un poème  -  Accueil