Bienvenue!
Ecrire un poème
Vos Poemes
 Poème Abandon (77)
 Poème Acrostiches (29)
 Poème Amitié (144)
 Poème Amour (603)
 Poème Anglais (29)
 Poème Animal (80)
 Poème Anniversaire (48)
 Poème Bebe (46)
 Poème Coupable (82)
 Poème Dictons (31)
 Poème Divers (1198)
 Poème Drague (30)
 Poème Ecole (35)
 Poème en prose (84)
 Poème Enfant (108)
 Poème Enterrement (27)
 Poème Esprit (23)
 Poème Fête des grands-mères (24)
 Poème Fête des mères (62)
 Poème Fleurs (32)
 Poème Gothique (36)
 Poème Heureux (34)
 Poème Internet (70)
 Poème Interrogations ? (44)
 Poème Italien amoureux et amoureuse (51)
 Poème Jacques Prévert (68)
 Poème Japonais (32)
 Poème Maman (51)
 Poème Mariage (75)
 Poème Meilleur ami (86)
 Poème Mort (97)
 Poème Noel (66)
 Poème Nous (63)
 Poème Papa (79)
 Poème Pardon (75)
 Poème Parents (35)
 Poème Paul Eluard (75)
 Poème Racisme (27)
 Poème Religion (36)
 Poème Responsabilité (24)
 Poème Retraite (22)
 Poème Rêves (30)
 Poème Rires (81)
 Poème Romantique (48)
 Poème Rupture (44)
 Poème Saint Valentin (40)
 Poème Secret (24)
 Poème Skyblog (76)
 Poème SMS Amour (40)
 Poème Soeur (36)
 Poème Soleil (74)
 Poème Solitude (68)
 Poème Souffrance (99)
 Poème Toi (56)
 Poème Travail (42)
 Poème Triste (101)
 Poème Vengeance (69)
 Poème Vérité (41)
 Poème Verlaine (79)
 Poème Victor Hugo (68)
 Poème Vie (59)
 Poème Vieillesse (16)
 Poème Violence (31)
 Poème Voyage (29)

 Lettre amour (48)

Vie gâchée  Format imprimable  Format imprimable


Un soir je marchais le long du trottoir quand tu as surgit de nul part.
Tu m'as attrapé par derrière, m'as plaqué contre le mur et m'as menacé avec un couteau.
Tu m'as dit que si je criais, tu n'hésiterais pas à t'en servir.
Je tremblais, j'avais peur, les larmes coulaient.
Tu m'as entraîné dans une impasse insalubre,
Et là tu m'as dépossédé de tout mon or et mon argent.
Mais tu m'as pris aussi ce que j'avais de plus cher,
Un précieux unique, ma virginité.
Quand mes courbes t'ont lassé, tu es parti,
Mais tu m'as dit
Bientôt je reviendrai chercher ce que j'ai semé.
Ce soir là je me sentais sale,
J'avais honte de ce qui venait de m'arriver.
J'ai erré dans les rues, désorientée,
Ne sachant plus quoi faire.
Puis je suis enfin rentrée chez moi,
Et m'y suis enfermée sans aucune explication.
Mes parents n'ont rien vu, rien compris,
Pour eux, c'était la crise d'adolescence qui était en cause.
Le temps a passé mais je n'ai pas oublié,
Un jour j'ai compris,
Ce que tu avais voulu dire,
Dans « Bientôt je reviendrai chercher ce que j'ai semé ».
Cette phrase terrible résonne dans ma tête,
Et hante mes pensées, mes rêves,
D'un cauchemar terrible devenu réalité.
Quand le médecin m'a annoncé,
Qu'un enfant je portais,
Le monde s'est écroulé à nouveau.
Ma vie était gâchée,
Ma vie était entachée,
Un horrible fardeau je portais.
Comme si tu ne m'avais quitté,
À la sortie du cabinet,
Tu m'attendais.
Cette fois ci, ton couteau, tu l'as utilisé,
Pour me transpercer.
Le sang a coulé,
Et tu m'as dépossédé,
Du foetus que je portais.
Encore une fois,
Tu m'as laissé là,
Mourir au milieu des ordures.





Les poèmes sont la propriété de leurs poètes.
Contact  -  Soumettre un poème  -  Accueil