Bienvenue!
Ecrire un poème
Vos Poemes
 Poème Abandon (77)
 Poème Acrostiches (29)
 Poème Amitié (144)
 Poème Amour (605)
 Poème Anglais (29)
 Poème Animal (80)
 Poème Anniversaire (48)
 Poème Bebe (46)
 Poème Coupable (82)
 Poème Dictons (31)
 Poème Divers (1199)
 Poème Drague (30)
 Poème Ecole (35)
 Poème en prose (84)
 Poème Enfant (108)
 Poème Enterrement (27)
 Poème Esprit (23)
 Poème Fête des grands-mères (24)
 Poème Fête des mères (62)
 Poème Fleurs (33)
 Poème Gothique (36)
 Poème Heureux (34)
 Poème Internet (70)
 Poème Interrogations ? (44)
 Poème Italien amoureux et amoureuse (51)
 Poème Jacques Prévert (68)
 Poème Japonais (32)
 Poème Maman (51)
 Poème Mariage (75)
 Poème Meilleur ami (86)
 Poème Mort (97)
 Poème Noel (66)
 Poème Nous (63)
 Poème Papa (79)
 Poème Pardon (75)
 Poème Parents (35)
 Poème Paul Eluard (75)
 Poème Racisme (27)
 Poème Religion (36)
 Poème Responsabilité (24)
 Poème Retraite (22)
 Poème Rêves (30)
 Poème Rires (81)
 Poème Romantique (48)
 Poème Rupture (44)
 Poème Saint Valentin (40)
 Poème Secret (24)
 Poème Skyblog (77)
 Poème SMS Amour (40)
 Poème Soeur (36)
 Poème Soleil (74)
 Poème Solitude (68)
 Poème Souffrance (99)
 Poème Toi (56)
 Poème Travail (42)
 Poème Triste (101)
 Poème Vengeance (69)
 Poème Vérité (41)
 Poème Verlaine (79)
 Poème Victor Hugo (68)
 Poème Vie (59)
 Poème Vieillesse (17)
 Poème Violence (31)
 Poème Voyage (29)

 Lettre amour (48)

Une larme  Format imprimable  Format imprimable


Chaque jour qui passe, m’éloignes de toi...
Ton coeur s'est vidé du peu de moi, resté.
Le silence me glace et me remplit d'effroi.
Il ne reste à la place, qu'un champ dévasté.
Une histoire gâchée,bout de papier déchiré...
Chaque soir mes larmes se frayent le chemin...
Qu'hier encore,empruntaient tes mains...
Et puis le sang bouillant qui se met à couler.
De nous deux ce soir il ne restera rien...
Que le croisement raté de nos petits destins...
Le souffle évanoui de n'être rien pour toi...
La certitude aussi d'avoir encore échoué.
Poursuis ton chemin sans te retourner...
Laisses moi ici, m’évanouir un peu.
Assécher enfin les rivières de mes yeux...
Fondre dans le décor, mes lambeaux de chair.
La tête posée au creux de la terre...
Fouillant sans relâche, le sol appauvri.
Je creuse en criant "qu'il est déjà trop tard".
Le vide enfin m'absorbes et me soignes de toi...
La béance de mon coeur se refermes doucement.
Le poison qui s’échappes, me sort par les yeux
C'en est fini d'attendre et d'être amoureuse...
Le temps a changé, toujours je t'en voudrai...
Ton âme damnée un jour se rappellera....
Qu'un jour, elle abandonna, la seule qui l'aima...
L'impatience me tirailles, je voudrais voir cela...
Une larme de toi...
Une seule suffira...


Ça me tuera ...si de mon sang, le tien s'en va...




Les poèmes sont la propriété de leurs poètes.
Contact  -  Soumettre un poème  -  Accueil