Bienvenue!
Ecrire un poème
Vos Poemes
 Poème Abandon (77)
 Poème Acrostiches (29)
 Poème Amitié (144)
 Poème Amour (603)
 Poème Anglais (29)
 Poème Animal (80)
 Poème Anniversaire (48)
 Poème Bebe (46)
 Poème Coupable (82)
 Poème Dictons (31)
 Poème Divers (1198)
 Poème Drague (30)
 Poème Ecole (35)
 Poème en prose (84)
 Poème Enfant (108)
 Poème Enterrement (27)
 Poème Esprit (23)
 Poème Fête des grands-mères (24)
 Poème Fête des mères (62)
 Poème Fleurs (32)
 Poème Gothique (36)
 Poème Heureux (34)
 Poème Internet (70)
 Poème Interrogations ? (44)
 Poème Italien amoureux et amoureuse (51)
 Poème Jacques Prévert (68)
 Poème Japonais (32)
 Poème Maman (51)
 Poème Mariage (75)
 Poème Meilleur ami (86)
 Poème Mort (97)
 Poème Noel (66)
 Poème Nous (63)
 Poème Papa (79)
 Poème Pardon (75)
 Poème Parents (35)
 Poème Paul Eluard (75)
 Poème Racisme (27)
 Poème Religion (36)
 Poème Responsabilité (24)
 Poème Retraite (22)
 Poème Rêves (30)
 Poème Rires (81)
 Poème Romantique (48)
 Poème Rupture (44)
 Poème Saint Valentin (40)
 Poème Secret (24)
 Poème Skyblog (77)
 Poème SMS Amour (40)
 Poème Soeur (36)
 Poème Soleil (74)
 Poème Solitude (68)
 Poème Souffrance (99)
 Poème Toi (56)
 Poème Travail (42)
 Poème Triste (101)
 Poème Vengeance (69)
 Poème Vérité (41)
 Poème Verlaine (79)
 Poème Victor Hugo (68)
 Poème Vie (59)
 Poème Vieillesse (17)
 Poème Violence (31)
 Poème Voyage (29)

 Lettre amour (48)

Vous  Format imprimable  Format imprimable


Je ne suis qu’un moment de l’histoire du vent,
Tempêtes ou zéphyrs, au cœur des alizés,
Je me cherche toujours, je vous cherche souvent,
Mes vieux sables mouvants où je vais m’enliser
M’enliser à jamais…

Au-delà de ces fleurs aux aiguillons blessants,
Il me reste l’odeur et la couleur des roses,
Je vous aurai aimé mes passions, en passant,
Autant de temps passé, autant de fleurs écloses
De bonheurs consumés…

Mon idéal frotté aux contraintes réelles
Il me reste si peu qui me vient de la source
Ah toi mon âme, toi, que la vie tant modèle
Tu es ce que je prends au hasard de ma course
Mes songes sublimés…

Ce qu’il me reste à vivre avec vous, ma douceur,
Cette musique là au piano qui s’endort
Cette lente fusion oh vous mon âme sœur,
Emplit mes horizons, mes mains de chercheur d’or,
Mon livre refermé…

Qu’aurais-je su de vous de plus que je ne sais
J’ai tant effeuillé d’heures à vous voir endormie,
Je vous ai tant cherchée aux rêves qui naissaient,
Dans les brumes du soir, les yeux de mes amis,
Je vous ai tant aimée…





Les poèmes sont la propriété de leurs poètes.
Contact  -  Soumettre un poème  -  Accueil