Bienvenue!
Ecrire un poème
Vos Poemes
 Poème Abandon (77)
 Poème Acrostiches (29)
 Poème Amitié (141)
 Poème Amour (594)
 Poème Anglais (29)
 Poème Animal (79)
 Poème Anniversaire (47)
 Poème Bebe (46)
 Poème Coupable (76)
 Poème Dictons (31)
 Poème Divers (825)
 Poème Drague (28)
 Poème Ecole (30)
 Poème en prose (78)
 Poème Enfant (108)
 Poème Enterrement (22)
 Poème Esprit (22)
 Poème Fête des grands-mères (14)
 Poème Fête des mères (52)
 Poème Fleurs (30)
 Poème Gothique (35)
 Poème Heureux (33)
 Poème Internet (69)
 Poème Interrogations ? (32)
 Poème Italien amoureux et amoureuse (51)
 Poème Jacques Prévert (63)
 Poème Japonais (31)
 Poème Maman (50)
 Poème Mariage (75)
 Poème Meilleur ami (85)
 Poème Mort (92)
 Poème Noel (66)
 Poème Nous (63)
 Poème Papa (77)
 Poème Pardon (75)
 Poème Parents (35)
 Poème Paul Eluard (74)
 Poème Racisme (27)
 Poème Religion (35)
 Poème Responsabilité (24)
 Poème Retraite (21)
 Poème Rêves (30)
 Poème Rires (76)
 Poème Romantique (43)
 Poème Rupture (33)
 Poème Saint Valentin (35)
 Poème Secret (19)
 Poème Skyblog (76)
 Poème SMS Amour (35)
 Poème Soeur (36)
 Poème Soleil (73)
 Poème Solitude (67)
 Poème Souffrance (99)
 Poème Toi (50)
 Poème Travail (42)
 Poème Triste (95)
 Poème Vengeance (69)
 Poème Vérité (41)
 Poème Verlaine (78)
 Poème Victor Hugo (68)
 Poème Vie (59)
 Poème Vieillesse (16)
 Poème Violence (31)
 Poème Voyage (24)

 Lettre amour (47)

La pierre noire  Format imprimable  Format imprimable

Durant son dur labeur
Il voyait à peine l’aube et l’aurore
Car là ou il s’en allait
Tout y était noir
Comme cette pierre précieuse
Qu’il cherchait avec ces mains d’aciers
Mais qu’il chérissait pars dessus tout
Car elle faisait vivre toute sa maisonnée
Tant de fois l’épuisement le gagné
Pourtant il en était fière
D’etre à des mètres sous terre
Il aimait son métier
Il aimait son pays
Il y étais né
Il y avait grandi
Ces amis faisait partis de sa famille
Avec la sueur de son front
La force de ces bras
Cette homme travaillait dur
Pourtant combien de fois
As -t-il partagé la mort
Avec dame notre terre
Près de lui ces collègues ce sont écroulés
Quand les coups de grisou
Faisait sauter les galeries
Et les éboulements
Pareil aux bruits assourdissant
Des boulets de canon
Venaient ensevellirs leurs corps
Jamais une larme
Jamais une plainte
Quand il rentrait le dos courbé
Dans ces silences
Nous savions sa souffrance pour ceux qui n’étais plus
Malgré tout cela
Chaque fois il retournait las-bas
Nous avions peurs à chacun de ces retards
De ne plus le revoir
Mais c’était son choix
Il était mon père
Fort et noble comme son travail
Il était mineur de fond
Sous le ciel gris
De Lorraine





Les poèmes sont la propriété de leurs poètes.
Contact  -  Soumettre un poème  -  Accueil