Bienvenue!
Ecrire un poème
Vos Poemes
 Poème Abandon (77)
 Poème Acrostiches (29)
 Poème Amitié (142)
 Poème Amour (595)
 Poème Anglais (29)
 Poème Animal (80)
 Poème Anniversaire (47)
 Poème Bebe (46)
 Poème Coupable (81)
 Poème Dictons (31)
 Poème Divers (1185)
 Poème Drague (28)
 Poème Ecole (35)
 Poème en prose (83)
 Poème Enfant (108)
 Poème Enterrement (27)
 Poème Esprit (23)
 Poème Fête des grands-mères (24)
 Poème Fête des mères (62)
 Poème Fleurs (30)
 Poème Gothique (35)
 Poème Heureux (33)
 Poème Internet (69)
 Poème Interrogations ? (32)
 Poème Italien amoureux et amoureuse (51)
 Poème Jacques Prévert (68)
 Poème Japonais (31)
 Poème Maman (51)
 Poème Mariage (75)
 Poème Meilleur ami (85)
 Poème Mort (97)
 Poème Noel (66)
 Poème Nous (63)
 Poème Papa (78)
 Poème Pardon (75)
 Poème Parents (35)
 Poème Paul Eluard (74)
 Poème Racisme (27)
 Poème Religion (35)
 Poème Responsabilité (24)
 Poème Retraite (21)
 Poème Rêves (30)
 Poème Rires (81)
 Poème Romantique (48)
 Poème Rupture (44)
 Poème Saint Valentin (40)
 Poème Secret (24)
 Poème Skyblog (76)
 Poème SMS Amour (40)
 Poème Soeur (36)
 Poème Soleil (73)
 Poème Solitude (67)
 Poème Souffrance (99)
 Poème Toi (55)
 Poème Travail (42)
 Poème Triste (100)
 Poème Vengeance (69)
 Poème Vérité (41)
 Poème Verlaine (78)
 Poème Victor Hugo (68)
 Poème Vie (59)
 Poème Vieillesse (16)
 Poème Violence (31)
 Poème Voyage (29)

 Lettre amour (47)

VENGEANCE  Format imprimable  Format imprimable

Je nage dans la poussière du temps.
Je brise un coeur à coup de marteau.
J'extirpe la bonté pour que s'écoule le sang.
Je suis désinvolte entre deux flots.

Je scrute la faiblesse de l'ignoble humain.
Je trace d'une plume ces désarrois rocailleux.
Un rire intérieur atténue ma rage de ce parchemin.
J'applaudis mon esprit dans un orgueil heureux.

Le visage saccagé par un vent malicieux.
Une cruauté qui froisse le corps en péril.
Le ciel méchant envoie des rayons de feu.
Tout n'est que saccage dans une existence puérile.

La machine de la mort ricane dans un noir fallacieux.
Où es-tu justice pour combler l'emprise maléfique?
La raison se disloque dans un ricanement vicieux.
On cherche la tuerie car le troubadour est magnifique!

L'amour n'est qu'un mot qui apaise l'âme déroutée.
La haine, une suite continue dans une mémoire solide.
On arrache la peau pour assouvir une haine froissée.
Des plumes étouffées dessinent de pauvres rides.

Et pourtant une vie maquillée par l'horreur de la vie
Continue à actionner nos pieds ensanglantés vers la mort.
Une fin normale dont les sanglots éveillent le mépris.
L'injustice que l'on regarde partir sans remords.





André Labrosse (epervier)

Les poèmes sont la propriété de leurs poètes.
Contact  -  Soumettre un poème  -  Accueil