Bienvenue!
Ecrire un poème
Vos Poemes
 Poème Abandon (77)
 Poème Acrostiches (29)
 Poème Amitié (142)
 Poème Amour (595)
 Poème Anglais (29)
 Poème Animal (80)
 Poème Anniversaire (47)
 Poème Bebe (46)
 Poème Coupable (76)
 Poème Dictons (31)
 Poème Divers (1037)
 Poème Drague (28)
 Poème Ecole (30)
 Poème en prose (78)
 Poème Enfant (108)
 Poème Enterrement (22)
 Poème Esprit (23)
 Poème Fête des grands-mères (14)
 Poème Fête des mères (52)
 Poème Fleurs (30)
 Poème Gothique (35)
 Poème Heureux (33)
 Poème Internet (69)
 Poème Interrogations ? (32)
 Poème Italien amoureux et amoureuse (51)
 Poème Jacques Prévert (63)
 Poème Japonais (31)
 Poème Maman (51)
 Poème Mariage (75)
 Poème Meilleur ami (85)
 Poème Mort (92)
 Poème Noel (66)
 Poème Nous (63)
 Poème Papa (78)
 Poème Pardon (75)
 Poème Parents (35)
 Poème Paul Eluard (74)
 Poème Racisme (27)
 Poème Religion (35)
 Poème Responsabilité (24)
 Poème Retraite (21)
 Poème Rêves (30)
 Poème Rires (76)
 Poème Romantique (43)
 Poème Rupture (34)
 Poème Saint Valentin (35)
 Poème Secret (19)
 Poème Skyblog (76)
 Poème SMS Amour (35)
 Poème Soeur (36)
 Poème Soleil (73)
 Poème Solitude (67)
 Poème Souffrance (99)
 Poème Toi (50)
 Poème Travail (42)
 Poème Triste (95)
 Poème Vengeance (69)
 Poème Vérité (41)
 Poème Verlaine (78)
 Poème Victor Hugo (68)
 Poème Vie (59)
 Poème Vieillesse (16)
 Poème Violence (31)
 Poème Voyage (24)

 Lettre amour (47)

Repli sur soi même  Format imprimable  Format imprimable

Les piaillements des oiseaux sillonnent dans le ciel
Je passe tranquillement sur la passerelle
J’aperçois au-dessous une eau douce et claire
Où mon regard livide reflète à travers
Pour cacher cette profonde tristesse, je lance une pierre
Brouillant l’eau et faisant disparaître ce semblant d’air
Un éclair surgit dans le ciel devenu gris,
Couleur de mon état d’esprit.

Le vent, violent, entraîne mes cheveux dans le visage
Dissimulant ainsi mon apparence d’individu sage
Les feuilles des arbres se dessèchent au fil du temps
Qui avance et ne laisse aucune place aux sentiments
La rosée tombe et se pose doucement sur ma peau pâle
Seule, confrontée face à la douleur du mal
Je m’isole du monde extérieur gardant en moi la peur
Perdue dans le noir, je fais le bilan de mes erreurs
Laissant l’inquiétude et la culpabilité m’envahir le cœur.

Renfermée sur moi-même, effrayée par l’avenir,
Je me laisse tomber au sol ne pouvant que lire
Cette funèbre phrase, respirant faiblement sans mentir
“Ne pas se sentir aimée n’est pas une vie, alors laissez-moi mourir…”





Les poèmes sont la propriété de leurs poètes.
Contact  -  Soumettre un poème  -  Accueil