Bienvenue!
Ecrire un poème
Vos Poemes
 Poème Abandon (77)
 Poème Acrostiches (29)
 Poème Amitié (141)
 Poème Amour (594)
 Poème Anglais (29)
 Poème Animal (79)
 Poème Anniversaire (47)
 Poème Bebe (46)
 Poème Coupable (76)
 Poème Dictons (31)
 Poème Divers (802)
 Poème Drague (28)
 Poème Ecole (30)
 Poème en prose (78)
 Poème Enfant (108)
 Poème Enterrement (22)
 Poème Esprit (22)
 Poème Fête des grands-mères (14)
 Poème Fête des mères (52)
 Poème Fleurs (30)
 Poème Gothique (35)
 Poème Heureux (33)
 Poème Internet (69)
 Poème Interrogations ? (32)
 Poème Italien amoureux et amoureuse (51)
 Poème Jacques Prévert (63)
 Poème Japonais (31)
 Poème Maman (50)
 Poème Mariage (75)
 Poème Meilleur ami (85)
 Poème Mort (92)
 Poème Noel (66)
 Poème Nous (63)
 Poème Papa (77)
 Poème Pardon (75)
 Poème Parents (35)
 Poème Paul Eluard (74)
 Poème Racisme (27)
 Poème Religion (35)
 Poème Responsabilité (24)
 Poème Retraite (21)
 Poème Rêves (30)
 Poème Rires (76)
 Poème Romantique (43)
 Poème Rupture (33)
 Poème Saint Valentin (35)
 Poème Secret (19)
 Poème Skyblog (76)
 Poème SMS Amour (35)
 Poème Soeur (36)
 Poème Soleil (73)
 Poème Solitude (67)
 Poème Souffrance (99)
 Poème Toi (50)
 Poème Travail (42)
 Poème Triste (95)
 Poème Vengeance (69)
 Poème Vérité (41)
 Poème Verlaine (78)
 Poème Victor Hugo (68)
 Poème Vie (59)
 Poème Vieillesse (16)
 Poème Violence (31)
 Poème Voyage (24)

 Lettre amour (47)

Et la nuit tombe  Format imprimable  Format imprimable

et la nuit tombe, j’ ferme les volets
j’attend personne, j’fait du ménage
oui ça m’incombe, passer l’balai
c’est monotone, faut du courage

mais j’ai DIDO, qui m’encourage
son "drapeau blanc", en toile de fond
j’pousse les rideaux, car c’est dommage
ils restent ballants, ils sont trop longs

qu’est-c’que j’vais bien, manger ce soir
juste une omelette, ou un pané
ou alors rien, c’est trop rasoir
d’vant internet, je vais planer

ou donc est-tu, toi qui retient
tous ce qui m’reste, à dépenser
j’suis abbatu, et sans soutiens
toi la céleste, de mes pensées

cette fois c’est le titre life for rent
qui m’entraine dans des mouvements
et ça s’inscrit comme une empreinte
ton nom je chante, passionnement

il va falloir qu’j’aille me laver
je vais éteindre, le dvd
car oui ce soir, je sens mauvais
qui va s’en plaindre, vous entendez !

est-ce que ça va, toi ma Sylvie
à qui j’écris, du bout des doigts
à qui je dis, en écrivant
je t’aime tant, à mes ami(e)s

alors bien sur, tu me lis pas
pourtant mes mots, continueront
tel une blessures, une trace de pas
sortant de l’eau, tel un ail’ron

et mes ami(e)s sur internet
de leurs écrits rende moins bête
ces longues soirées, seul à penser
que je n’aurais, pas d’autre essais





Les poèmes sont la propriété de leurs poètes.
Contact  -  Soumettre un poème  -  Accueil