Bienvenue!
Ecrire un poème
Vos Poemes
 Poème Abandon (77)
 Poème Acrostiches (29)
 Poème Amitié (141)
 Poème Amour (594)
 Poème Anglais (29)
 Poème Animal (79)
 Poème Anniversaire (47)
 Poème Bebe (46)
 Poème Coupable (76)
 Poème Dictons (31)
 Poème Divers (802)
 Poème Drague (28)
 Poème Ecole (30)
 Poème en prose (78)
 Poème Enfant (108)
 Poème Enterrement (22)
 Poème Esprit (22)
 Poème Fête des grands-mères (14)
 Poème Fête des mères (52)
 Poème Fleurs (30)
 Poème Gothique (35)
 Poème Heureux (33)
 Poème Internet (69)
 Poème Interrogations ? (32)
 Poème Italien amoureux et amoureuse (51)
 Poème Jacques Prévert (63)
 Poème Japonais (31)
 Poème Maman (50)
 Poème Mariage (75)
 Poème Meilleur ami (85)
 Poème Mort (92)
 Poème Noel (66)
 Poème Nous (63)
 Poème Papa (77)
 Poème Pardon (75)
 Poème Parents (35)
 Poème Paul Eluard (74)
 Poème Racisme (27)
 Poème Religion (35)
 Poème Responsabilité (24)
 Poème Retraite (21)
 Poème Rêves (30)
 Poème Rires (76)
 Poème Romantique (43)
 Poème Rupture (33)
 Poème Saint Valentin (35)
 Poème Secret (19)
 Poème Skyblog (76)
 Poème SMS Amour (35)
 Poème Soeur (36)
 Poème Soleil (73)
 Poème Solitude (67)
 Poème Souffrance (99)
 Poème Toi (50)
 Poème Travail (42)
 Poème Triste (95)
 Poème Vengeance (69)
 Poème Vérité (41)
 Poème Verlaine (78)
 Poème Victor Hugo (68)
 Poème Vie (59)
 Poème Vieillesse (16)
 Poème Violence (31)
 Poème Voyage (24)

 Lettre amour (47)

Le vieux couple  Format imprimable  Format imprimable

Vingt cinq ans qu’ils vivent ensemble,
Dieu sait qu’ils se sont aimés !
Mais comme pour beaucoup de couples, il me semble,
leur amour, le temps l’a usé...

Ils ont eu ce qu’ils voulaient,
d’abord les enfants, puis la maison.
Maintenant, ils avaient cessé de rêver,
ils étaient devenus de vieux compagnons.

A croire que la vie s’arrêtait là,
à croire que l’amour s’arrêtait là...
Ils se retrouvaient tous les soirs,
mais sans jamais vraiment se voir.

On ressentait une terrible solitude,
alors que dans cette maison, ils n’étaient pas seuls,
mais par leur triste habitude,
ils avaient fait que leurs âmes s’isolent...

Comment pouvaient-ils partager ces repas,
alors qu’ils ne se regardaient même pas ?
Comment pouvaient-ils rester toutes ces journées,
ensembles, sans même se parler, à s’ignorer ?

Il n’y a qu’une réponse à tout cela,
l’usure du temps...
et si pour l’autre nous ne restons pas tout le temps présent,
craignons que tôt ou tard, notre amour aussi, elle vaincra





Les poèmes sont la propriété de leurs poètes.
Contact  -  Soumettre un poème  -  Accueil