Bienvenue!
Ecrire un poème
Vos Poemes
 Poème Abandon (77)
 Poème Acrostiches (29)
 Poème Amitié (142)
 Poème Amour (595)
 Poème Anglais (29)
 Poème Animal (79)
 Poème Anniversaire (47)
 Poème Bebe (46)
 Poème Coupable (76)
 Poème Dictons (31)
 Poème Divers (985)
 Poème Drague (28)
 Poème Ecole (30)
 Poème en prose (78)
 Poème Enfant (108)
 Poème Enterrement (22)
 Poème Esprit (23)
 Poème Fête des grands-mères (14)
 Poème Fête des mères (52)
 Poème Fleurs (30)
 Poème Gothique (35)
 Poème Heureux (33)
 Poème Internet (69)
 Poème Interrogations ? (32)
 Poème Italien amoureux et amoureuse (51)
 Poème Jacques Prévert (63)
 Poème Japonais (31)
 Poème Maman (51)
 Poème Mariage (75)
 Poème Meilleur ami (85)
 Poème Mort (92)
 Poème Noel (66)
 Poème Nous (63)
 Poème Papa (78)
 Poème Pardon (75)
 Poème Parents (35)
 Poème Paul Eluard (74)
 Poème Racisme (27)
 Poème Religion (35)
 Poème Responsabilité (24)
 Poème Retraite (21)
 Poème Rêves (30)
 Poème Rires (76)
 Poème Romantique (43)
 Poème Rupture (34)
 Poème Saint Valentin (35)
 Poème Secret (19)
 Poème Skyblog (76)
 Poème SMS Amour (35)
 Poème Soeur (36)
 Poème Soleil (73)
 Poème Solitude (67)
 Poème Souffrance (99)
 Poème Toi (50)
 Poème Travail (42)
 Poème Triste (95)
 Poème Vengeance (69)
 Poème Vérité (41)
 Poème Verlaine (78)
 Poème Victor Hugo (68)
 Poème Vie (59)
 Poème Vieillesse (16)
 Poème Violence (31)
 Poème Voyage (24)

 Lettre amour (47)

Play  Format imprimable  Format imprimable

Les tendres jeux de l’enfance sont révolus
Je ne pourrais plus jouer à te tuer
Ni même à t’embrasser
Les ternes jeux de l’enfance sont révolus
Je ne pourrais plus te faire mal
Et toi tu ne me feras plus sentir sale
Les larmes de l’enfance m’ont tellement déçu...

Après avoir assez souffert
Et avoir assez saigné
Je suis retourné dans mon cimetière
Et tu essaye toujours d’oublier
Je n’oubli pas, mais je ne pense pas à hier
Simplement à ces ailes que j’ai brûlées
Simplement à ces ailes que tu as brisées

On ne reconstruira pas la douleur
Nous avons jeté nos coeurs
Je ne rentrerais plus dans ce royaume
Où je n’étais plus qu’un fantôme
Hantant la mémoire de la culpabilité
Détruisant l’espoir de te garder
Merci de m’avoir fait pleurer...

Maintenant chacun meurt de son côté
En fuyant dans l’espoir d’être rattrapé

Nous étions, tu étais
Tu étais, je ne suis plus
Nous avons oublié ce que chacun a fait
Nous réunirons-nous sur ce qui n’existe plus ?

Dans la cathédrale de mon âme, à la pâleur des bougies, je regarde le sol où gît ton corps
Sans pouvoir te parler, je te fais comprendre nos nouvelles ailes
On volera de nouveau, après avoir réappris ce qu’est la mort
Ne t’inquiète pas, on se fera encore mal, on les brisera encore...ces ailes...

You play with my heart
I play with my blade





Les poèmes sont la propriété de leurs poètes.
Contact  -  Soumettre un poème  -  Accueil