Bienvenue!
Ecrire un poème
Vos Poemes
 Poème Abandon (77)
 Poème Acrostiches (29)
 Poème Amitié (141)
 Poème Amour (594)
 Poème Anglais (29)
 Poème Animal (79)
 Poème Anniversaire (47)
 Poème Bebe (46)
 Poème Coupable (76)
 Poème Dictons (31)
 Poème Divers (636)
 Poème Drague (28)
 Poème Ecole (30)
 Poème en prose (78)
 Poème Enfant (108)
 Poème Enterrement (22)
 Poème Esprit (22)
 Poème Fête des grands-mères (14)
 Poème Fête des mères (52)
 Poème Fleurs (30)
 Poème Gothique (35)
 Poème Heureux (33)
 Poème Internet (69)
 Poème Interrogations ? (32)
 Poème Italien amoureux et amoureuse (51)
 Poème Jacques Prévert (63)
 Poème Japonais (31)
 Poème Maman (50)
 Poème Mariage (75)
 Poème Meilleur ami (85)
 Poème Mort (92)
 Poème Noel (66)
 Poème Nous (63)
 Poème Papa (77)
 Poème Pardon (75)
 Poème Parents (35)
 Poème Paul Eluard (74)
 Poème Racisme (27)
 Poème Religion (35)
 Poème Responsabilité (24)
 Poème Retraite (21)
 Poème Rêves (30)
 Poème Rires (76)
 Poème Romantique (43)
 Poème Rupture (33)
 Poème Saint Valentin (35)
 Poème Secret (19)
 Poème Skyblog (76)
 Poème SMS Amour (35)
 Poème Soeur (36)
 Poème Soleil (73)
 Poème Solitude (67)
 Poème Souffrance (99)
 Poème Toi (50)
 Poème Travail (42)
 Poème Triste (95)
 Poème Vengeance (69)
 Poème Vérité (41)
 Poème Verlaine (78)
 Poème Victor Hugo (68)
 Poème Vie (59)
 Poème Vieillesse (16)
 Poème Violence (31)
 Poème Voyage (24)

 Lettre amour (47)

Ecrin de sang, tombeau de larmes  Format imprimable  Format imprimable

Réfugiez au fin fond de l’enfer, je médite ma faute.le prix d’une nuit, le prix d’un rêve, le prix de ta vie.
J’ai souvent tuer, avec la lame de mon ego affublé au nom de vengeance, mais je n’avais encore jamais tue la personne que je porte dans mon cœur.Déteste moi, du plus profond de ton âme, car c’est toi qui paye pour ma propre faiblesse.
Hurle-moi ta haine, hurle-la moi, que je t’entende.
Pour peu qu’on s’aime, on se quitte aussitôt, à peine on parle, q’on dit un mot de trop, à peine on s’enlace, que l’on se lasse dèja, à peine on décolle, qu’on tombe de haut.
Noir, tout est noir, depuis que tu es partit.Depuis que de mes propres mains, je t’ai fait disparaître, privant le monde d’un éclat de lumière encore plus rayonnant que le soleil.
Je voudrais pouvoir t’oublier, mais dès que mes yeux se ferment, c’est ton image, immuable et tranquille, ce sont tes yeux carmins pleins d’un défi que je n’ai jamais su comprendre qui me reviennent…
Je t’ai tué, au prix d’un rêve, au prix d’une nuit, au prix de ta vie





Les poèmes sont la propriété de leurs poètes.
Contact  -  Soumettre un poème  -  Accueil