Bienvenue!
Ecrire un poème
Vos Poemes
 Poème Abandon (77)
 Poème Acrostiches (29)
 Poème Amitié (141)
 Poème Amour (594)
 Poème Anglais (29)
 Poème Animal (79)
 Poème Anniversaire (47)
 Poème Bebe (46)
 Poème Coupable (76)
 Poème Dictons (31)
 Poème Divers (825)
 Poème Drague (28)
 Poème Ecole (30)
 Poème en prose (78)
 Poème Enfant (108)
 Poème Enterrement (22)
 Poème Esprit (22)
 Poème Fête des grands-mères (14)
 Poème Fête des mères (52)
 Poème Fleurs (30)
 Poème Gothique (35)
 Poème Heureux (33)
 Poème Internet (69)
 Poème Interrogations ? (32)
 Poème Italien amoureux et amoureuse (51)
 Poème Jacques Prévert (63)
 Poème Japonais (31)
 Poème Maman (50)
 Poème Mariage (75)
 Poème Meilleur ami (85)
 Poème Mort (92)
 Poème Noel (66)
 Poème Nous (63)
 Poème Papa (77)
 Poème Pardon (75)
 Poème Parents (35)
 Poème Paul Eluard (74)
 Poème Racisme (27)
 Poème Religion (35)
 Poème Responsabilité (24)
 Poème Retraite (21)
 Poème Rêves (30)
 Poème Rires (76)
 Poème Romantique (43)
 Poème Rupture (33)
 Poème Saint Valentin (35)
 Poème Secret (19)
 Poème Skyblog (76)
 Poème SMS Amour (35)
 Poème Soeur (36)
 Poème Soleil (73)
 Poème Solitude (67)
 Poème Souffrance (99)
 Poème Toi (50)
 Poème Travail (42)
 Poème Triste (95)
 Poème Vengeance (69)
 Poème Vérité (41)
 Poème Verlaine (78)
 Poème Victor Hugo (68)
 Poème Vie (59)
 Poème Vieillesse (16)
 Poème Violence (31)
 Poème Voyage (24)

 Lettre amour (47)

Mon secret  Format imprimable  Format imprimable

Je vous avoue mon secret
Voila, ce sera fait
Vous me rejeterez surment
Et m’oublirez avec le temps
Vous aurez trop peur
Pour comprendre ma douleur
Vous serrez dégoutés
De me l’entendre avouer
Je ne suis qu’un monstre incompris
Qu’on chasseras de la vie
Je suis une honte pour votre belle scocitié
Tellement traitre qu’on mériterais de me tuer
...
Je ne m’endors cette nuit,
Je me sent frappée par une envie
Soudaine et meurtrie
D’arracher encore une vie

Je sors en cachette dans le noir
Pendant que personne ne pourra me voir
Je me rend dans cette rue
Cachée et perdue
J’appercois alors
La personne que je voulais voir,
Une victime préchoisie,
De sang, je meurs d’envie
Alors lentement, je m’approche
Mes pieds marchants sur de petites roches,
Je les sent chauffer comme l’enfer
Quelques instants encore, je dois me taire
Quand derriere lui,
Enfin, je suis
Enfoncant sadiquement
Dans son cou, deux tranchantes dents
Mes levres reposent sur sa peau,
C’est quelque chose de si beau
De voir la mort d’un etre devant nous
Alors on éprouve un plaisir fou
Sur ma bouche enplie de sang,
On appercoit un sourire sanglant
Alors que son ame se détache de sa peau,
Sans avoir pu prononcer un seul mot,
Ses yeux se sont refermés
La laissant dans le passé
Alors la derniere chose qu’il a pu voir
C’est mon visage pale, puis, le long couloir
Ou j’ai emmené son ame, celui de la mort





Les poèmes sont la propriété de leurs poètes.
Contact  -  Soumettre un poème  -  Accueil