Bienvenue!
Ecrire un poème
Vos Poemes
 Poème Abandon (77)
 Poème Acrostiches (29)
 Poème Amitié (142)
 Poème Amour (595)
 Poème Anglais (29)
 Poème Animal (79)
 Poème Anniversaire (47)
 Poème Bebe (46)
 Poème Coupable (76)
 Poème Dictons (31)
 Poème Divers (985)
 Poème Drague (28)
 Poème Ecole (30)
 Poème en prose (78)
 Poème Enfant (108)
 Poème Enterrement (22)
 Poème Esprit (23)
 Poème Fête des grands-mères (14)
 Poème Fête des mères (52)
 Poème Fleurs (30)
 Poème Gothique (35)
 Poème Heureux (33)
 Poème Internet (69)
 Poème Interrogations ? (32)
 Poème Italien amoureux et amoureuse (51)
 Poème Jacques Prévert (63)
 Poème Japonais (31)
 Poème Maman (51)
 Poème Mariage (75)
 Poème Meilleur ami (85)
 Poème Mort (92)
 Poème Noel (66)
 Poème Nous (63)
 Poème Papa (78)
 Poème Pardon (75)
 Poème Parents (35)
 Poème Paul Eluard (74)
 Poème Racisme (27)
 Poème Religion (35)
 Poème Responsabilité (24)
 Poème Retraite (21)
 Poème Rêves (30)
 Poème Rires (76)
 Poème Romantique (43)
 Poème Rupture (34)
 Poème Saint Valentin (35)
 Poème Secret (19)
 Poème Skyblog (76)
 Poème SMS Amour (35)
 Poème Soeur (36)
 Poème Soleil (73)
 Poème Solitude (67)
 Poème Souffrance (99)
 Poème Toi (50)
 Poème Travail (42)
 Poème Triste (95)
 Poème Vengeance (69)
 Poème Vérité (41)
 Poème Verlaine (78)
 Poème Victor Hugo (68)
 Poème Vie (59)
 Poème Vieillesse (16)
 Poème Violence (31)
 Poème Voyage (24)

 Lettre amour (47)

A vous je demande pardon  Format imprimable  Format imprimable

Aussi loin que remontent les faits,
Il est une chose qu’au moins je sais.
Si toute ma vie je l’ai tant cherché,
En fait il était juste à mes côtés.

De tout ce qui me rend heureux,
Il n’est rien qui plus que ce feu,
Me brûle et me consume chaque jour,
Et m’encourage à chercher l’amour.

Si l’Homme se voit comme un dieu,
Je suis volontiers esclave de ses yeux.
Je suis comme un chercheur d’or,
Qui toute sa vie voit passer son trésor.

Sa voix est comme un souffle divin,
Qui embrase et dissipe les chagrins,
Sa douceur efface nos malheurs,
Et dans nos cœurs ravive la chaleur.

Elle est tout pour nous et plus que çà,
Et nous ne nous en soucions pas,
Tant de souffrances que nous causons,
Sans jamais demander son pardon.

Pourrez vous un jour nous pardonner,
De vous avoir tant et tant offensées,
Pourrons nous un jour tout réparer,
Et guérir enfin vos cœurs blessés.

Vous êtes pour nous le présent du ciel,
Pour nous faquins vous êtes les belles,
L’arc en ciel qui nous rend triste un peu,
Puis joyeux et enfin heureux,

Comme suit à la pluie un ciel si bleu,
Comme suit au vent le calme des dieux,
Et laisse mon cœur à feu et à sang,
Mais me donne la force contre le temps,

Et je peux me dire par tous les temps :
Heureux celui qui ne sait rien de l’amour,
Il lui reste encore une chose en ce jour,
A découvrir de son vivant





Les poèmes sont la propriété de leurs poètes.
Contact  -  Soumettre un poème  -  Accueil