Bienvenue!
Ecrire un poème
Vos Poemes
 Poème Abandon (77)
 Poème Acrostiches (29)
 Poème Amitié (141)
 Poème Amour (594)
 Poème Anglais (29)
 Poème Animal (79)
 Poème Anniversaire (47)
 Poème Bebe (46)
 Poème Coupable (76)
 Poème Dictons (31)
 Poème Divers (711)
 Poème Drague (28)
 Poème Ecole (30)
 Poème en prose (78)
 Poème Enfant (108)
 Poème Enterrement (22)
 Poème Esprit (22)
 Poème Fête des grands-mères (14)
 Poème Fête des mères (52)
 Poème Fleurs (30)
 Poème Gothique (35)
 Poème Heureux (33)
 Poème Internet (69)
 Poème Interrogations ? (32)
 Poème Italien amoureux et amoureuse (51)
 Poème Jacques Prévert (63)
 Poème Japonais (31)
 Poème Maman (50)
 Poème Mariage (75)
 Poème Meilleur ami (85)
 Poème Mort (92)
 Poème Noel (66)
 Poème Nous (63)
 Poème Papa (77)
 Poème Pardon (75)
 Poème Parents (35)
 Poème Paul Eluard (74)
 Poème Racisme (27)
 Poème Religion (35)
 Poème Responsabilité (24)
 Poème Retraite (21)
 Poème Rêves (30)
 Poème Rires (76)
 Poème Romantique (43)
 Poème Rupture (33)
 Poème Saint Valentin (35)
 Poème Secret (19)
 Poème Skyblog (76)
 Poème SMS Amour (35)
 Poème Soeur (36)
 Poème Soleil (73)
 Poème Solitude (67)
 Poème Souffrance (99)
 Poème Toi (50)
 Poème Travail (42)
 Poème Triste (95)
 Poème Vengeance (69)
 Poème Vérité (41)
 Poème Verlaine (78)
 Poème Victor Hugo (68)
 Poème Vie (59)
 Poème Vieillesse (16)
 Poème Violence (31)
 Poème Voyage (24)

 Lettre amour (47)

Alfange Vengresse  Format imprimable  Format imprimable

Comme si ma rupture et ce qu’elle engendrait n’était pas suffisante
Il me faut à présent, vers les enfers reprendre ma descente......
Cela m’avait fait remonté bien des souvenirs assez durs,
Après, j’avais trouvé le moyen de cassé ma monture.
Puis une migration précipité me faisait manquer mon avenir,
A présent, la Faucheuse est venue, sur mes proches abattre ses soupirs.
Et comme toute famille qui se respecte de nos jours,
Mes "aïeux" ne trouvent rien de mieux que de jouer les vautours,
C’est à celui qui tirera mieux dans le dos de ceux de son sang,
Pour "voler", "abuser" et tricher sur ce qui récoltera de l’argent.
Versant de leurs larmes à l’enterrement, si ils s’y sont présentés,
Mais dès le lendemain, dévoilant leurs carnassiers desseins quand le dos leur est tourné...
A toi, "Ancêtre" qui enfanta l’un de mes géniteurs, à cette heure je déclare :
La tristesse m’envahit, mais je bénis de toi, aujourd’hui, le départ.
Car même si le destin voulait que tu reconnaisse de moins en moins ton sang...
Je n’aurais supporté que, dans ton dos, tu subisses la perfidie de certains de tes enfants.
Et je me serais fait une joie de lâcher sur "eux", ce démon que je cache en moi,
Briser ses sceller pour le laisser faire s’écouler la vérité et l’effroi, sans émois.
Ce même "démon caché", décrit dans les définitions et éloges de mon prénom
Dont ils se sont moqués voilà des années, ne me prenant pas pour le loup, mais le mouton.
Mais toi tu savais...A tes yeux je l’ai vu et compris, tu savais,
Tout comme mes parents qui eux ne riaient, mais non plus ne se moquaient.
A toi qui nous à quittés, trop tôt à mon goût, en ces temps de bassesse,
J’en fais le sermont que pour leur manque de respect, je serais ton Alfange vengeresse.
Adieu.....





Les poèmes sont la propriété de leurs poètes.
Contact  -  Soumettre un poème  -  Accueil