Bienvenue!
Ecrire un poème
Vos Poemes
 Poème Abandon (77)
 Poème Acrostiches (29)
 Poème Amitié (141)
 Poème Amour (594)
 Poème Anglais (29)
 Poème Animal (79)
 Poème Anniversaire (47)
 Poème Bebe (46)
 Poème Coupable (76)
 Poème Dictons (31)
 Poème Divers (711)
 Poème Drague (28)
 Poème Ecole (30)
 Poème en prose (78)
 Poème Enfant (108)
 Poème Enterrement (22)
 Poème Esprit (22)
 Poème Fête des grands-mères (14)
 Poème Fête des mères (52)
 Poème Fleurs (30)
 Poème Gothique (35)
 Poème Heureux (33)
 Poème Internet (69)
 Poème Interrogations ? (32)
 Poème Italien amoureux et amoureuse (51)
 Poème Jacques Prévert (63)
 Poème Japonais (31)
 Poème Maman (50)
 Poème Mariage (75)
 Poème Meilleur ami (85)
 Poème Mort (92)
 Poème Noel (66)
 Poème Nous (63)
 Poème Papa (77)
 Poème Pardon (75)
 Poème Parents (35)
 Poème Paul Eluard (74)
 Poème Racisme (27)
 Poème Religion (35)
 Poème Responsabilité (24)
 Poème Retraite (21)
 Poème Rêves (30)
 Poème Rires (76)
 Poème Romantique (43)
 Poème Rupture (33)
 Poème Saint Valentin (35)
 Poème Secret (19)
 Poème Skyblog (76)
 Poème SMS Amour (35)
 Poème Soeur (36)
 Poème Soleil (73)
 Poème Solitude (67)
 Poème Souffrance (99)
 Poème Toi (50)
 Poème Travail (42)
 Poème Triste (95)
 Poème Vengeance (69)
 Poème Vérité (41)
 Poème Verlaine (78)
 Poème Victor Hugo (68)
 Poème Vie (59)
 Poème Vieillesse (16)
 Poème Violence (31)
 Poème Voyage (24)

 Lettre amour (47)

Poeme sur la vie : naissance et souvenirs  Format imprimable  Format imprimable

Déjà…
Le temps est-il à ce point pressé ?
Il faut forcément l’arrêter
Sur un simple bout de papier
Souvenirs d’une époque passée
Déjà l’enfant a grandi
Et déjà il se souvient
Se rappelle, c’était si bien
Les instants les plus jolis
Le bébé aux yeux fermés
Dès sa naissance, et puis aussi
Les z’amours , les p’ tits secrets
Un regard complice, quelques tricheries
Les sourires, les clins d’œil échangés
Nostalgie d’un passé d’insouciance
De rires, de joie et de vacances
Une plage, la mer, d’autres visages
Et notre cœur qui doucement rit
De nos chamailles à cet autre âge
De nos si lointain petits soucis
De notre inquiétude, de nos mensonges cachés
De notre insolence qui nous rongeait
De toutes ces querelles oubliées
De nos jambes frêles, de nos silhouettes affinées
De nos sourires naïfs, de nos joues potelées
J’aimerai tant me replonger
Dans cette image de gaieté
Plein de figures méconnues se sont glissées
L’ombre d’une personne immortalisée
J’approche cette photo de mon cœur
J’en ri, souri, presque j’en pleure
Les gens qui nous ont quittés
Notre cœur ne les a pas oublié
Les souvenirs ravivent la flamme
L’amour perdure dans nos âmes
Les mêmes images défilent dans nos têtes
Une pensée en remémore une autre, rien ne s’arrête
Car une personne qui n’est plus là
Au souvenir d’une autre à tout jamais vivra





Les poèmes sont la propriété de leurs poètes.
Contact  -  Soumettre un poème  -  Accueil