Bienvenue!
Ecrire un poème
Vos Poemes
 Poème Abandon (77)
 Poème Acrostiches (29)
 Poème Amitié (141)
 Poème Amour (594)
 Poème Anglais (29)
 Poème Animal (79)
 Poème Anniversaire (47)
 Poème Bebe (46)
 Poème Coupable (76)
 Poème Dictons (31)
 Poème Divers (711)
 Poème Drague (28)
 Poème Ecole (30)
 Poème en prose (78)
 Poème Enfant (108)
 Poème Enterrement (22)
 Poème Esprit (22)
 Poème Fête des grands-mères (14)
 Poème Fête des mères (52)
 Poème Fleurs (30)
 Poème Gothique (35)
 Poème Heureux (33)
 Poème Internet (69)
 Poème Interrogations ? (32)
 Poème Italien amoureux et amoureuse (51)
 Poème Jacques Prévert (63)
 Poème Japonais (31)
 Poème Maman (50)
 Poème Mariage (75)
 Poème Meilleur ami (85)
 Poème Mort (92)
 Poème Noel (66)
 Poème Nous (63)
 Poème Papa (77)
 Poème Pardon (75)
 Poème Parents (35)
 Poème Paul Eluard (74)
 Poème Racisme (27)
 Poème Religion (35)
 Poème Responsabilité (24)
 Poème Retraite (21)
 Poème Rêves (30)
 Poème Rires (76)
 Poème Romantique (43)
 Poème Rupture (33)
 Poème Saint Valentin (35)
 Poème Secret (19)
 Poème Skyblog (76)
 Poème SMS Amour (35)
 Poème Soeur (36)
 Poème Soleil (73)
 Poème Solitude (67)
 Poème Souffrance (99)
 Poème Toi (50)
 Poème Travail (42)
 Poème Triste (95)
 Poème Vengeance (69)
 Poème Vérité (41)
 Poème Verlaine (78)
 Poème Victor Hugo (68)
 Poème Vie (59)
 Poème Vieillesse (16)
 Poème Violence (31)
 Poème Voyage (24)

 Lettre amour (47)

Moustique  Format imprimable  Format imprimable

Je n’ai jamais haï personne comme je te hais ;
ton battement d’ailes strident gâche mes nuits à jamais.
Tu pourfends l’air, quêtant une peau où te poser,
pour t’abreuver du sang de ta proie épuisée.

Dans une lourde pénombre, tu survoles ta victime,
la tirant du sommeil et de ses rêves intimes.
Une lumière jaillit, on te recherche partout,
mais c’est déjà trop tard, tu nous piques le cou.

Ta pointe aiguisée nous transperce le corps
et une légère piqûre nous démange alors.
L’effet de ton poison durera jours et nuits
où la douleur et la haine régiront nos envies.

La marque que tu as laissée est bien celle
de la plus pure méchanceté, la plus cruelle,
car tu attaques sans autre but apparent
que de nous faire souffrir en volant notre sang.

Ton corps est minuscule et sans aucune beauté,
mais tu es sans conteste mon ennemi juré,
celui qui hante mon esprit, celui qui gâche ma liberté
et contre lequel j’ai juré une guerre acharnée.

La délivrance s’accomplira un matin
lorsqu’à mon réveil j’ouvrirai doucement la main,
je te contemplerai écrasé sur ma peau,
celle que tu convoitais et qui fut ton tombeau





Les poèmes sont la propriété de leurs poètes.
Contact  -  Soumettre un poème  -  Accueil