Bienvenue!
Ecrire un poème
Vos Poemes
 Poème Abandon (77)
 Poème Acrostiches (29)
 Poème Amitié (142)
 Poème Amour (595)
 Poème Anglais (29)
 Poème Animal (80)
 Poème Anniversaire (47)
 Poème Bebe (46)
 Poème Coupable (81)
 Poème Dictons (31)
 Poème Divers (1185)
 Poème Drague (28)
 Poème Ecole (35)
 Poème en prose (83)
 Poème Enfant (108)
 Poème Enterrement (27)
 Poème Esprit (23)
 Poème Fête des grands-mères (24)
 Poème Fête des mères (62)
 Poème Fleurs (30)
 Poème Gothique (35)
 Poème Heureux (33)
 Poème Internet (69)
 Poème Interrogations ? (32)
 Poème Italien amoureux et amoureuse (51)
 Poème Jacques Prévert (68)
 Poème Japonais (31)
 Poème Maman (51)
 Poème Mariage (75)
 Poème Meilleur ami (85)
 Poème Mort (97)
 Poème Noel (66)
 Poème Nous (63)
 Poème Papa (78)
 Poème Pardon (75)
 Poème Parents (35)
 Poème Paul Eluard (74)
 Poème Racisme (27)
 Poème Religion (35)
 Poème Responsabilité (24)
 Poème Retraite (21)
 Poème Rêves (30)
 Poème Rires (81)
 Poème Romantique (48)
 Poème Rupture (44)
 Poème Saint Valentin (40)
 Poème Secret (24)
 Poème Skyblog (76)
 Poème SMS Amour (40)
 Poème Soeur (36)
 Poème Soleil (73)
 Poème Solitude (67)
 Poème Souffrance (99)
 Poème Toi (55)
 Poème Travail (42)
 Poème Triste (100)
 Poème Vengeance (69)
 Poème Vérité (41)
 Poème Verlaine (78)
 Poème Victor Hugo (68)
 Poème Vie (59)
 Poème Vieillesse (16)
 Poème Violence (31)
 Poème Voyage (29)

 Lettre amour (47)

T'exorciser de mes pensées  Format imprimable  Format imprimable

Personne ne m’avais jamais autant déçue
Aujourd’hui je le sais je t’ai perdu
Inexorablement je le sens, je me noie
Car tu m’as bléssée, tu m’a trahis maintes fois
Alors aujourd’hui de cette vie je ne veux plus
Jour après jour tu m’as détruite, tu m’as rompue
Petit à petit la lame tu as enfoncée
Je te hais regarde le mal que tu me fais
Crève en enfer, ta vue je ne supporte plus
Tu es comme une bête affamée qui s’en va repue
Toujours à la recherche d’une nouvelle proie
Dont un jour tu le sais tu te saisira
Mais tu laisses derrière toi des âmes égarrées
Privées à jamais de toute leur naïveté
Devenues incapables d’aimer à nouveau
Car lentement tu a su creuser leur tombeau
Dans la nuit leur confiance tu a su acquérir
Le jour ton vrai visage tu leur laisse découvrir
Alors coulent les sangs dont tu t’abreuves
Lentement de la mort ils rejoignent le fleuve
Tu te delectes de ces sourires que tu detruis tour à tour
La mort, je la sens qui s’insinue lentement
Elle se glisse sous ma peau, dans mes veines, dans mon sang
Mais avant de partir je voudrais te detruire
Avoir main mise sur ton âme que tu ne puisse fuir
Que ton âme tourmentée te mène à la falaise
Loin du silence ton enfer s’ouvrira sur les braises
Emmène avec toi ta haine et ta soif de vengeance
Que plus personne tu n’emmène dans ta danse
Les ombres tournoient, m’enveloppent de leur voile
Lentement je m’en vais rejoindre les étoiles
Je tai laissé gagner, je me sens glisser
Me voila perdue pour l’éternité





Les poèmes sont la propriété de leurs poètes.
Contact  -  Soumettre un poème  -  Accueil