Bienvenue!
Ecrire un poème
Vos Poemes
 Poème Abandon (77)
 Poème Acrostiches (29)
 Poème Amitié (141)
 Poème Amour (594)
 Poème Anglais (29)
 Poème Animal (79)
 Poème Anniversaire (47)
 Poème Bebe (46)
 Poème Coupable (76)
 Poème Dictons (31)
 Poème Divers (636)
 Poème Drague (28)
 Poème Ecole (30)
 Poème en prose (78)
 Poème Enfant (108)
 Poème Enterrement (22)
 Poème Esprit (22)
 Poème Fête des grands-mères (14)
 Poème Fête des mères (52)
 Poème Fleurs (30)
 Poème Gothique (35)
 Poème Heureux (33)
 Poème Internet (69)
 Poème Interrogations ? (32)
 Poème Italien amoureux et amoureuse (51)
 Poème Jacques Prévert (63)
 Poème Japonais (31)
 Poème Maman (50)
 Poème Mariage (75)
 Poème Meilleur ami (85)
 Poème Mort (92)
 Poème Noel (66)
 Poème Nous (63)
 Poème Papa (77)
 Poème Pardon (75)
 Poème Parents (35)
 Poème Paul Eluard (74)
 Poème Racisme (27)
 Poème Religion (35)
 Poème Responsabilité (24)
 Poème Retraite (21)
 Poème Rêves (30)
 Poème Rires (76)
 Poème Romantique (43)
 Poème Rupture (33)
 Poème Saint Valentin (35)
 Poème Secret (19)
 Poème Skyblog (76)
 Poème SMS Amour (35)
 Poème Soeur (36)
 Poème Soleil (73)
 Poème Solitude (67)
 Poème Souffrance (99)
 Poème Toi (50)
 Poème Travail (42)
 Poème Triste (95)
 Poème Vengeance (69)
 Poème Vérité (41)
 Poème Verlaine (78)
 Poème Victor Hugo (68)
 Poème Vie (59)
 Poème Vieillesse (16)
 Poème Violence (31)
 Poème Voyage (24)

 Lettre amour (47)

Le diable n'est pas loin  Format imprimable  Format imprimable

Le prince me regarde dans l obscurité des tenebres
et m injecte un poison mortel : la soumission

Mes membres ne repondent, il fait si noir
il ne me reste que mes yeux pour voir
un avenir sombre et cruel
qui etrangement a l’air de me plair

Mes pensées n’appartiennent plus à rien
son pouvoir est plus fort que le mien
il m’impressione et me controle
je tombe a ses pieds, l implore sur le sol

Le monde se retrouve à l envers
et les portes de l’enfer
me sont grande ouvertes
la mort me guette

Son contraire me retient
mais je suis déjà loin
une atirance agit en moi
je me retrouve la bas

Les portes se referment
je lui appartiens
une odeur de souffre et d ether
c est surement la fin

Il trone avec d autre
au milieu de nulle part
surement ses apotres
il est temps que je parte

mais que veulent ils de moi?
c est peut etre un sabbat
l ai- je trop cherché je crois

il fait si chaud
douleur et inconscience
c est encore trop tot il me faut de la patience

sort de ma gorge un cri de souffrance et d envie
en transe je me retrouve dans mon lit

a present je meurs de froid
Il y a trop d air
sur mon bureau devant moi
mon pentacle à l’envers

s agite et se calme
un ricanement se fait entendre
sur mon visage une larme,
je devrais etre en cendre

il est encore la et je crois qu il est en moi





Les poèmes sont la propriété de leurs poètes.
Contact  -  Soumettre un poème  -  Accueil