Bienvenue!
Ecrire un poème
Vos Poemes
 Poème Abandon (77)
 Poème Acrostiches (29)
 Poème Amitié (141)
 Poème Amour (594)
 Poème Anglais (29)
 Poème Animal (79)
 Poème Anniversaire (47)
 Poème Bebe (46)
 Poème Coupable (76)
 Poème Dictons (31)
 Poème Divers (825)
 Poème Drague (28)
 Poème Ecole (30)
 Poème en prose (78)
 Poème Enfant (108)
 Poème Enterrement (22)
 Poème Esprit (22)
 Poème Fête des grands-mères (14)
 Poème Fête des mères (52)
 Poème Fleurs (30)
 Poème Gothique (35)
 Poème Heureux (33)
 Poème Internet (69)
 Poème Interrogations ? (32)
 Poème Italien amoureux et amoureuse (51)
 Poème Jacques Prévert (63)
 Poème Japonais (31)
 Poème Maman (50)
 Poème Mariage (75)
 Poème Meilleur ami (85)
 Poème Mort (92)
 Poème Noel (66)
 Poème Nous (63)
 Poème Papa (77)
 Poème Pardon (75)
 Poème Parents (35)
 Poème Paul Eluard (74)
 Poème Racisme (27)
 Poème Religion (35)
 Poème Responsabilité (24)
 Poème Retraite (21)
 Poème Rêves (30)
 Poème Rires (76)
 Poème Romantique (43)
 Poème Rupture (33)
 Poème Saint Valentin (35)
 Poème Secret (19)
 Poème Skyblog (76)
 Poème SMS Amour (35)
 Poème Soeur (36)
 Poème Soleil (73)
 Poème Solitude (67)
 Poème Souffrance (99)
 Poème Toi (50)
 Poème Travail (42)
 Poème Triste (95)
 Poème Vengeance (69)
 Poème Vérité (41)
 Poème Verlaine (78)
 Poème Victor Hugo (68)
 Poème Vie (59)
 Poème Vieillesse (16)
 Poème Violence (31)
 Poème Voyage (24)

 Lettre amour (47)

Toi qui te disait être ma soeur  Format imprimable  Format imprimable

A l’age de mes 6 ans j’ai demenagé,
Dans ma nouvelle ville je me sentais debousselée
Et tous les soir je pleurais...
Car la-bas, mes amis et mon amoureux je les avais laissé...
Mais toi, tu es venue alors que je pleurais
Et tu m’a prise pour me consoler
Dans tes bras je me suis perdues
Et au fur et a mesure des jours on se lachait plus
A chaque fois que je ne souriais plus
Tu venais et me faisais parler de sorte a mettre mon coeur à nu
J’avais l’impression que tu me comprenais
Et une très forte amitié entre nous est né
Tu m’as appris a me sentir bien auprès des gens
Tous tes raisonnements étaient très intelligents

Depuis que je te connaissais, tous tes amis te laissaient tomber
Au debut je n’y m’y suis pas fiés
Et puis avec eux j’ai sympathisé
Et ils m’ont très vite informés que de toi il fallait se mefier
Mais je ne pouvais pas car je t’aimais de tout coeur
Et à mes yeux tu étais comme une soeur

Je n’ai rien dit et ma confiance je te l’ai donné
Mais très vite j’ai douté
A chaque fois que tu faisais une betise
C’est sur moi que la faute était mise
Tu me confiances tes secrets
Mais a d’autre tu racontais l’inverse
Au bout de 7 ans que je te connaissais seulement j’ai eu un doute
Notre amitié je l’a remise très vite en question

Un jour ma meilleure amie m’a demandé de prendre du recul
AU bout de six moi sans toi, je me suis dit que la vie sans toi n’étai pas si nulle
Et puis un jour, j’ai eu beaucoup d’embrouilles
Ma vie a tout d’un coup commençait à se brouiller
Mon copain a failli se battre
Et sans cesse je defendais ton image
Mais aujourdui je connais la cause a mes problèmes
C’est toi qui a causé tous ces problèmes
Car en fait ta vie tu l’a invité
Sur la faute des autres, tes conneries tu les a rejetés
Voilà tu m’as menti....
Toi qui disais etre ma soeur pour la vie

Aujourdui ne revien pas en me disant que tu m’aimes
ALors que tu m’as causé tant de problèmes
Que tu a detruit ma vie
Je te detesterais toute ma vie
Mais je crois que ta plus grande punition
Est le fait que tes amis t’ont laissé seul face a ta raison
(de missquisouri)





Les poèmes sont la propriété de leurs poètes.
Contact  -  Soumettre un poème  -  Accueil