Bienvenue!
Ecrire un poème
Vos Poemes
 Poème Abandon (77)
 Poème Acrostiches (29)
 Poème Amitié (141)
 Poème Amour (594)
 Poème Anglais (29)
 Poème Animal (79)
 Poème Anniversaire (47)
 Poème Bebe (46)
 Poème Coupable (76)
 Poème Dictons (31)
 Poème Divers (804)
 Poème Drague (28)
 Poème Ecole (30)
 Poème en prose (78)
 Poème Enfant (108)
 Poème Enterrement (22)
 Poème Esprit (22)
 Poème Fête des grands-mères (14)
 Poème Fête des mères (52)
 Poème Fleurs (30)
 Poème Gothique (35)
 Poème Heureux (33)
 Poème Internet (69)
 Poème Interrogations ? (32)
 Poème Italien amoureux et amoureuse (51)
 Poème Jacques Prévert (63)
 Poème Japonais (31)
 Poème Maman (50)
 Poème Mariage (75)
 Poème Meilleur ami (85)
 Poème Mort (92)
 Poème Noel (66)
 Poème Nous (63)
 Poème Papa (77)
 Poème Pardon (75)
 Poème Parents (35)
 Poème Paul Eluard (74)
 Poème Racisme (27)
 Poème Religion (35)
 Poème Responsabilité (24)
 Poème Retraite (21)
 Poème Rêves (30)
 Poème Rires (76)
 Poème Romantique (43)
 Poème Rupture (33)
 Poème Saint Valentin (35)
 Poème Secret (19)
 Poème Skyblog (76)
 Poème SMS Amour (35)
 Poème Soeur (36)
 Poème Soleil (73)
 Poème Solitude (67)
 Poème Souffrance (99)
 Poème Toi (50)
 Poème Travail (42)
 Poème Triste (95)
 Poème Vengeance (69)
 Poème Vérité (41)
 Poème Verlaine (78)
 Poème Victor Hugo (68)
 Poème Vie (59)
 Poème Vieillesse (16)
 Poème Violence (31)
 Poème Voyage (24)

 Lettre amour (47)

Sans complexes   Format imprimable  Format imprimable


D'abord rêvé, prés de mon lycée
J'attendais désespérer
Sable d'ocre d'un désert brûlé,
Pour m'évader et recommencé
Tournant la vie et les étés
Je croisais mon bijou d'éternité.

Comme l'oiseau qui fait sa roue,
Une colombe un peu froufrou,
Chantais un air ensoleillé.
Les rouges gorges tout excités
Venaient danser prés de son nez.

En cet automne émerveillé,
Tous les lapins un peu coquins,
Affolés et agités, regardaient malins.
Capturés dans ses filets satins,
Le regard coin-coin de ces vilains,
Filet tout doux vers ses dessous.

Toujours plus fous je devenais,
Pensant un jour d'été peut être,
Se donnerait de tout son être.
Son cou de rêve du bout des lèvres
Sans y rester, je l'ai goûté.

Touché au plus profond de son creux,
Mon cœur est à l'écoute de ses yeux.
Doux et brillants sur ma peau d'amant,
Ils glissent vers un plaisir hurlant.
Complexé oui tu peux l'être,
Du désir qu'ils me font naître.

Erotique dans leur longueur,
Exotique dans leur couleur,
Tes cheveux comme ton regard,
Je prends plaisir à y plonger,
Car je souhaite m'y cramponner.

Pas de doute sur ta beauté,
Moi homme je reconnais,
Que tu détiens dans tes secrets,
Ce qui rage, femmes d'à côté.

Montre ce que tu rejettes,
De tes complexes et de ton sexe,
Car ces doutes de perfections,
Font de toi une exception.




manokristo

Les poèmes sont la propriété de leurs poètes.
Contact  -  Soumettre un poème  -  Accueil