Bienvenue!
Ecrire un poème
Vos Poemes
 Poème Abandon (77)
 Poème Acrostiches (29)
 Poème Amitié (141)
 Poème Amour (594)
 Poème Anglais (29)
 Poème Animal (79)
 Poème Anniversaire (47)
 Poème Bebe (46)
 Poème Coupable (76)
 Poème Dictons (31)
 Poème Divers (636)
 Poème Drague (28)
 Poème Ecole (30)
 Poème en prose (78)
 Poème Enfant (108)
 Poème Enterrement (22)
 Poème Esprit (22)
 Poème Fête des grands-mères (14)
 Poème Fête des mères (52)
 Poème Fleurs (30)
 Poème Gothique (35)
 Poème Heureux (33)
 Poème Internet (69)
 Poème Interrogations ? (32)
 Poème Italien amoureux et amoureuse (51)
 Poème Jacques Prévert (63)
 Poème Japonais (31)
 Poème Maman (50)
 Poème Mariage (75)
 Poème Meilleur ami (85)
 Poème Mort (92)
 Poème Noel (66)
 Poème Nous (63)
 Poème Papa (77)
 Poème Pardon (75)
 Poème Parents (35)
 Poème Paul Eluard (74)
 Poème Racisme (27)
 Poème Religion (35)
 Poème Responsabilité (24)
 Poème Retraite (21)
 Poème Rêves (30)
 Poème Rires (76)
 Poème Romantique (43)
 Poème Rupture (33)
 Poème Saint Valentin (35)
 Poème Secret (19)
 Poème Skyblog (76)
 Poème SMS Amour (35)
 Poème Soeur (36)
 Poème Soleil (73)
 Poème Solitude (67)
 Poème Souffrance (99)
 Poème Toi (50)
 Poème Travail (42)
 Poème Triste (95)
 Poème Vengeance (69)
 Poème Vérité (41)
 Poème Verlaine (78)
 Poème Victor Hugo (68)
 Poème Vie (59)
 Poème Vieillesse (16)
 Poème Violence (31)
 Poème Voyage (24)

 Lettre amour (47)

La passion d'écrie  Format imprimable  Format imprimable
adeline,dadou 27ans


N'étant pas d'une grande délicatesse
Dans mes paroles et mes gestes,
Je couche toutes mes faiblesses
Ainsi que mes tristesses
Egalement mes douceurs
Et parfois mes douleurs.
J'écris à mes heures perdues,
Mes désirs et envies les plus accrus,
Mes pensées et sentiments les plus purs.
Ici, libre court à mon âme
Ici, roulent mes larmes,
Disparaissent les armes,
Apparaissent les fantasmes.
Aucune barrière pour retenir
Ce que ma tête a receuilli,
Ce que mon âme a subi,
Ce que mon corps a banni,
Ce que mes mains ont ressenti,
Ce que mon coeur a acquis.
Quoi que je pense, quoi que j'écrive,
La feuille encaisse et acquiesse.
Sur le papier, je me sens vivre.
Personne pour me juger,
Pas besoin de pardonner
Si mes paroles ont blessé.
Juste elle et moi,
Rien qu'elle et moi.
Elle me libère de ce mal qui erre
tel un prêtre dans son confessionnal
Ecoutant les plaintes de centaines âmes.
Pas de jugement,
Aucun sentiment.
Elle me permet de survivre
Autant que mes mots la font vivre.
Sur le papier coule mon histoire,
Même si cela parait dérisoire!





Les poèmes sont la propriété de leurs poètes.
Contact  -  Soumettre un poème  -  Accueil