Bienvenue!
Ecrire un poème
Vos Poemes
 Poème Abandon (77)
 Poème Acrostiches (29)
 Poème Amitié (144)
 Poème Amour (603)
 Poème Anglais (29)
 Poème Animal (80)
 Poème Anniversaire (48)
 Poème Bebe (46)
 Poème Coupable (82)
 Poème Dictons (31)
 Poème Divers (1198)
 Poème Drague (30)
 Poème Ecole (35)
 Poème en prose (84)
 Poème Enfant (108)
 Poème Enterrement (27)
 Poème Esprit (23)
 Poème Fête des grands-mères (24)
 Poème Fête des mères (62)
 Poème Fleurs (32)
 Poème Gothique (36)
 Poème Heureux (34)
 Poème Internet (70)
 Poème Interrogations ? (44)
 Poème Italien amoureux et amoureuse (51)
 Poème Jacques Prévert (68)
 Poème Japonais (32)
 Poème Maman (51)
 Poème Mariage (75)
 Poème Meilleur ami (86)
 Poème Mort (97)
 Poème Noel (66)
 Poème Nous (63)
 Poème Papa (79)
 Poème Pardon (75)
 Poème Parents (35)
 Poème Paul Eluard (75)
 Poème Racisme (27)
 Poème Religion (36)
 Poème Responsabilité (24)
 Poème Retraite (22)
 Poème Rêves (30)
 Poème Rires (81)
 Poème Romantique (48)
 Poème Rupture (44)
 Poème Saint Valentin (40)
 Poème Secret (24)
 Poème Skyblog (77)
 Poème SMS Amour (40)
 Poème Soeur (36)
 Poème Soleil (74)
 Poème Solitude (68)
 Poème Souffrance (99)
 Poème Toi (56)
 Poème Travail (42)
 Poème Triste (101)
 Poème Vengeance (69)
 Poème Vérité (41)
 Poème Verlaine (79)
 Poème Victor Hugo (68)
 Poème Vie (59)
 Poème Vieillesse (16)
 Poème Violence (31)
 Poème Voyage (29)

 Lettre amour (48)

si fort, si mal  Format imprimable  Format imprimable
jacklyne, petitbout, 29 ans


J'ai menti, j'ai trahi, j'ai eu le coeur en miettes.
J'ai aimée si fort, si mal, les nuits sans toi.
J'ai étouffé mes cris dans l'oreiller, j'ai bu mes larmes
au coin de mes lèvres.
J'ai lutter contre cet amour trop grand,
J'ai céder à l'aube blême ,
J'ai compter les nuits me séparant de toi.
J'ai osé te regardé dans les yeux, en affirmant
"un jour tu rencontreras quelqu'un , un jour tu seras heureux"
J'ai provoqué le destin, j'ai perdu...
J'ai touché ta joue, j'ai voulu ton odeur sur ma peau.
J'ai oublié tout ce qui n'étais pas toi, tout ce qui faisait ma vie en dehors
de ces nuits volées aux autres, aux miens.
J'aurai voulu garder sur moi ton emprunte à jamais,
J'exigeais encore et toujours des baiser.
Je me suis résigner la mort dans l'âme, fuyant sans me retourner de craindre de revenir sur mes pas.
J'avançais la tête haute, les yeux remplis de larmes,
me jurant de ne plus te voir
me mentant pour me donner bonne conscience




Petitbout

Les poèmes sont la propriété de leurs poètes.
Contact  -  Soumettre un poème  -  Accueil