Bienvenue!
Ecrire un poème
Vos Poemes
 Poème Abandon (77)
 Poème Acrostiches (29)
 Poème Amitié (142)
 Poème Amour (595)
 Poème Anglais (29)
 Poème Animal (80)
 Poème Anniversaire (47)
 Poème Bebe (46)
 Poème Coupable (81)
 Poème Dictons (31)
 Poème Divers (1116)
 Poème Drague (28)
 Poème Ecole (35)
 Poème en prose (83)
 Poème Enfant (108)
 Poème Enterrement (27)
 Poème Esprit (23)
 Poème Fête des grands-mères (24)
 Poème Fête des mères (62)
 Poème Fleurs (30)
 Poème Gothique (35)
 Poème Heureux (33)
 Poème Internet (69)
 Poème Interrogations ? (32)
 Poème Italien amoureux et amoureuse (51)
 Poème Jacques Prévert (68)
 Poème Japonais (31)
 Poème Maman (51)
 Poème Mariage (75)
 Poème Meilleur ami (85)
 Poème Mort (97)
 Poème Noel (66)
 Poème Nous (63)
 Poème Papa (78)
 Poème Pardon (75)
 Poème Parents (35)
 Poème Paul Eluard (74)
 Poème Racisme (27)
 Poème Religion (35)
 Poème Responsabilité (24)
 Poème Retraite (21)
 Poème Rêves (30)
 Poème Rires (81)
 Poème Romantique (48)
 Poème Rupture (44)
 Poème Saint Valentin (40)
 Poème Secret (24)
 Poème Skyblog (76)
 Poème SMS Amour (40)
 Poème Soeur (36)
 Poème Soleil (73)
 Poème Solitude (67)
 Poème Souffrance (99)
 Poème Toi (55)
 Poème Travail (42)
 Poème Triste (100)
 Poème Vengeance (69)
 Poème Vérité (41)
 Poème Verlaine (78)
 Poème Victor Hugo (68)
 Poème Vie (59)
 Poème Vieillesse (16)
 Poème Violence (31)
 Poème Voyage (29)

 Lettre amour (47)

Histoire vraie  Format imprimable  Format imprimable


A cette époque je sortais avec Thomas, un adorable garçon aux cheveux bruns.
On est devenu ami, puis très vite on est sorti ensemble. Entre nous, il n'y avait jamais eu de disputes, on était toujours sur la même longueur d'onde. Tout se passait merveilleusement bien entre nous. Nous allions dans le même bahut et habitions le même quartier. Le soir, étant donné que sa chambre était a part de la maison de ses parents, il sortait de la pièce en cachette et venait me retrouver dans ma chambre au rez-de-chaussée. Nous passions le plus de nuits possible ensemble, cela avait un coté très romantique! On discutait de tout et de rien. Comme tous les amoureux, on avait l'impression d'être seuls au monde. Et puis un jour, ce qui devait arriver arriva... Très naturellement, sans brusquer les choses, nous avons fait pour la première fois l'amour. Thomas était maladroit dans ses gestes. Je rougissais, mais ce fut un moment inoubliable. J'attendais que, chaque nuit, il vienne me retrouver secrètement, à l'abri des regards. Notre complicité s'en est trouvé renforcée. Le lendemain nous allions en cours, crevés mais heureux. Sous le préau, nous nous amusions à mimer l'indifférence auprès des autres afin de préserver notre jardin secret. Mais, un jour, ses parents ont décidé de déménager. Personne n'était au courant de nos petites escapades nocturnes. Il s'est installé à environ une dizaine de kilomètre de chez moi. C'était la première fois que l'on s'était séparé. Il me paraissait si loin. Nous avons tout de même réussi a garder des rapports fréquents, grâce a l'aide d'un voisin super sympa, qui lui prêtait son scooter
Et puis, un soir, je l'ai attendu en vain toute la nuit a ma fenêtre, il n'est jamais arrivé. Je ne comprenais pas ce qui se passait... Le lendemain, je l'ai attendu encore à la porte du collège. Puis en désespoir de cause, et ne le voyant pas venir, je me suis finalement résignée à aller en cours. Malgré tous mes efforts, je n'arrivais pas a me concentrer sur ce que disait le prof. Cela me passait complètement au-dessus de la tête. J'étais inquiète car cela n'était pas dans ses habitudes de ne pas me prévenir. C'était un garçon toujours galant et affectueux Environ un quart d'heure après le début du cours. Le proviseur a fait irruption dans la classe, la mine défaite. Il nous a annoncé d'une voix tremblante que Thomas avait été victime d'un terrible accident de scooter dans la nuit. Personne n'a dit un mot. Tout à coup, ça a été plus fort que moi, je me suis mise à hurler comme une folle. Tous les autres élèves de la classe se sont alors retournés vers moi, ils étaient surpris de me voir dans cet état là. Ni une ni deux, Fanny, ma meilleure amie s'est aussitôt précipitée vers moi et a essayer de me calmer, mais c'était peine perdu. Et puis après, le trou noir. Quand je me suis finalement réveillée, j'étais à l'infirmerie. Fanny et ma mère étaient a mes côtés. Sur le moment, j'ai d'abord cru que tout cela n'était qu'un cauchemar. J'ai demandé à ma mère où était Thomas. Elle ma regardée avec tristesse et j'ai tout de suite compris. J'ai pleuré pendant des heures, ne sachant plus où j'en étais. Si seulement je ne lui avais pas demandé de venir ce soir-là! Pour moi, c'était comme si indirectement, je l'avais tué! Puis, j'ai réalisé qu'il s'agissait bel et bien d'un accident. Ma mère m'a expliqué que Thomas avait été victime d'un chauffard ivre qui l'avait percuté, le tuant sur le coup.
A part Fanny et mes parents, personne de mon entourage ne comprenait ma réaction. De jours en jours, je me renfermais de plus en plus sur moi-même. Au bout d'une semaine, je me suis aperçue que j'avais un retard de règles, ce qui ne m'était jamais arrivée. Je pensais que cela était dû au choc du décès de Thomas. Je maigrissais à vue d'oeil et je m'évanouissais souvent. Très inquiets, mes parents 'mont emmenée consulter un médecin. Il m'a appris qu'un petit bout de Thomas poussait dans mon corps. Quelle surprise! Mes parents et les siens ont été compatissants et m'ont entourée de tout leur amour. Mais moi, je ne pensais qu'à mourir. Le seul garçon qui comptait pour moi n'était plus la. Je voulais le rejoindre dans l'autre monde... Un jour, Fanny m'a retenue de justesse quand j'allais me jeter du troisième étage. Après cet acte manqué, elle venait me voir tous les jours. On discutait beaucoup. Peu à peu, elle m'a redonné le courage de vivre et l'envie de me battre pour notre bébé, le fruit de notre amour. Je pense que sans elle, je ne serais pas la a vous raconter mon histoire. Être maman a 15 ans, ça n'allait pas être une tâche évidente... Je n'avais pas prévu de faire un enfant si jeune. Toute ma vie se retrouvait bouleversée. Comment allais-je faire pour m'occuper de mon enfant tout en continuant mes études? Pourrais-je avoir un jour un autre petit ami? Je me posais un tas de questions... Heureusement, mon amie, mes parents et ceux de Thomas m'ont soutenue durant toute ma grossesse. Et puis, le petit Thomas a vu le jour, c'était un beau bébé. Son prénom est arrivé tout naturellement à mes lèvres lorsqu'il est né. A partir de ce moment, j'ai commencé à lui parler de son papa. Je lui ai raconté notre belle histoire d'amour alors que, pendant ma grossesse, je ne supportais pas d'en parler, même si j'y pensais tout le temps.
Eu bout d'une année, j'ai réussi à reprendre mes études. C'était difficile de tout concilier, mais heureusement Fanny me soutenait beaucoup, ainsi que mon nouveau voisin, Stéphane, de deux ans mon aîné. Cela m'a fait énormément de bien d'avoir un ami garçon. Nous avons beaucoup parlé tous les deux. Grâce à lui, j'ai pu mieux affronter le regard quelquefois hostile, mais surtout curieux, des gens. J'étais contente, il s'entendait à merveille avec mon fils. Ils jouaient souvent ensemble. On sentait qu'il y avait une véritable complicité entre eux. Le jour où je suis venue lui annoncer que je passais en première, il m'a prise dans ses bras, et m'a embrassée. Je n'ai pas résisté. C'était un sensation agréable, mais cela m'a fait tout drôle. C'était la première fois depuis Thomas... Je n'aurai jamais imaginé que quelqu'un puisse tomber amoureux de moi dans ces circonstances si particulières.
Nous sommes toujours ensemble aujourd'hui. Thomas maintenant 5 ans. Il sait que son vrai papa est "au ciel, dans les étoiles" mais il appel Stéphane "Papa". Nous avons la grande chance que ses six grands parents l'aiment très fort et le gâtent beaucoup. Je suis certaine que Thomas veille sur nous de là-haut. Il doit être content de voir qu'il a un enfant et que la fille qui l'aimait a refait sa vie, mais ne l'a pas oublié. Mon amie Fanny est toujours a mes cotés.





Tous droits réservés

Les poèmes sont la propriété de leurs poètes.
Contact  -  Soumettre un poème  -  Accueil