Bienvenue!
Ecrire un poème
Vos Poemes
 Poème Abandon (77)
 Poème Acrostiches (29)
 Poème Amitié (141)
 Poème Amour (594)
 Poème Anglais (29)
 Poème Animal (79)
 Poème Anniversaire (47)
 Poème Bebe (46)
 Poème Coupable (76)
 Poème Dictons (31)
 Poème Divers (636)
 Poème Drague (28)
 Poème Ecole (30)
 Poème en prose (78)
 Poème Enfant (108)
 Poème Enterrement (22)
 Poème Esprit (22)
 Poème Fête des grands-mères (14)
 Poème Fête des mères (52)
 Poème Fleurs (30)
 Poème Gothique (35)
 Poème Heureux (33)
 Poème Internet (69)
 Poème Interrogations ? (32)
 Poème Italien amoureux et amoureuse (51)
 Poème Jacques Prévert (63)
 Poème Japonais (31)
 Poème Maman (50)
 Poème Mariage (75)
 Poème Meilleur ami (85)
 Poème Mort (92)
 Poème Noel (66)
 Poème Nous (63)
 Poème Papa (77)
 Poème Pardon (75)
 Poème Parents (35)
 Poème Paul Eluard (74)
 Poème Racisme (27)
 Poème Religion (35)
 Poème Responsabilité (24)
 Poème Retraite (21)
 Poème Rêves (30)
 Poème Rires (76)
 Poème Romantique (43)
 Poème Rupture (33)
 Poème Saint Valentin (35)
 Poème Secret (19)
 Poème Skyblog (76)
 Poème SMS Amour (35)
 Poème Soeur (36)
 Poème Soleil (73)
 Poème Solitude (67)
 Poème Souffrance (99)
 Poème Toi (50)
 Poème Travail (42)
 Poème Triste (95)
 Poème Vengeance (69)
 Poème Vérité (41)
 Poème Verlaine (78)
 Poème Victor Hugo (68)
 Poème Vie (59)
 Poème Vieillesse (16)
 Poème Violence (31)
 Poème Voyage (24)

 Lettre amour (47)

brûlures de vitriol  Format imprimable  Format imprimable
luzéenne, 18 ans


a mijo, la femme de ma vie


odeur de viol, brûlures de vitriol, tu me ronges encore et encore....

asphixiée par tant de pensées, je me noie ds ce lac gelé que mes larmes ont crées

asphixiée par ce poison qu'est la vie, je me noie, me débat et crie

asphixiée par cette fumée opaque qu'est la mort, tu m'as troublée

et je souffre en silence pdt que tu dors

allongée, les bras en croix, j'attend que la fin vienne me chercher

omnubilée par ce baiser qui ne viendra jamais, je suis morte-née, j'avance à tâton ds un puit de béton

tu m'as laissée seule à en crever, ds la neige immaculée que j'ai tacheter de mon sang violacé

et je voudrais plus que tout que le rouge te donne la nausée, te déchire le coeur doucement, lentement

car ds qques années tu m'auras oublié, mais moi, à tt jamais, je garderai l'âme bleutée

par la faute de ton être entier





ta grande....

Les poèmes sont la propriété de leurs poètes.
Contact  -  Soumettre un poème  -  Accueil