Bienvenue!
Ecrire un poème
Vos Poemes
 Poème Abandon (77)
 Poème Acrostiches (29)
 Poème Amitié (142)
 Poème Amour (595)
 Poème Anglais (29)
 Poème Animal (79)
 Poème Anniversaire (47)
 Poème Bebe (46)
 Poème Coupable (76)
 Poème Dictons (31)
 Poème Divers (985)
 Poème Drague (28)
 Poème Ecole (30)
 Poème en prose (78)
 Poème Enfant (108)
 Poème Enterrement (22)
 Poème Esprit (23)
 Poème Fête des grands-mères (14)
 Poème Fête des mères (52)
 Poème Fleurs (30)
 Poème Gothique (35)
 Poème Heureux (33)
 Poème Internet (69)
 Poème Interrogations ? (32)
 Poème Italien amoureux et amoureuse (51)
 Poème Jacques Prévert (63)
 Poème Japonais (31)
 Poème Maman (51)
 Poème Mariage (75)
 Poème Meilleur ami (85)
 Poème Mort (92)
 Poème Noel (66)
 Poème Nous (63)
 Poème Papa (78)
 Poème Pardon (75)
 Poème Parents (35)
 Poème Paul Eluard (74)
 Poème Racisme (27)
 Poème Religion (35)
 Poème Responsabilité (24)
 Poème Retraite (21)
 Poème Rêves (30)
 Poème Rires (76)
 Poème Romantique (43)
 Poème Rupture (34)
 Poème Saint Valentin (35)
 Poème Secret (19)
 Poème Skyblog (76)
 Poème SMS Amour (35)
 Poème Soeur (36)
 Poème Soleil (73)
 Poème Solitude (67)
 Poème Souffrance (99)
 Poème Toi (50)
 Poème Travail (42)
 Poème Triste (95)
 Poème Vengeance (69)
 Poème Vérité (41)
 Poème Verlaine (78)
 Poème Victor Hugo (68)
 Poème Vie (59)
 Poème Vieillesse (16)
 Poème Violence (31)
 Poème Voyage (24)

 Lettre amour (47)

déchirure intense  Format imprimable  Format imprimable
mely choux 19 ans

Quand j'attends ta voie qui résonne dans le couloir
je frisonne à l'idée de toucher tes cheveux poisseux
qui s'envole comme une plume sans état d'ame

tu es si obstiné et fragile en méme temps
que tu m'enpéches de te délivrer
de cette bulle sans airs
qui ne cesse de tourner encore et toujours

tu te protéges de mes paroles maquaviélique
ton monde se ferme pour ceux que tu aimes
tu te sacrifies dans chacun de tes mots
sans méme t'en rendre compte

tu as peur que ta bulle éclate aux grands jours
et quelle perde toutes ces inspirations

mais quand on est obsédé comme toi
on l'est aussi pour l'étre qu on chéri

tu es hanté par une douleur qui te parait l'éternité
mais pourtant je suis la à présent
je te regarde comme si c'était la fin de larmes et de cries
dans tes pensées je le ressent

est ce ma propre torture de savoir ?

je veux que ton visage prenne les formes de la vie
je voudrais étre un ange pour té protéger
j'aimerai te faire planer pour apaiser tes blessures

je ne sais quoi faire

car j'ai un coeur qui a mal et qui aimerait se sentir juste guérit et libre enfin
de ton obscurité indéfinisable

le ciel te parait loin comme la mort
mais de ne pas choisir c'est ton sort
et d'avancer c est ton destin

alors ouvre ta main sanglante et prend la mienne pour ancré les traces qui te déchire
je me sent aussi faible que toi
mais a deux je pourrais monter des tonnes de cadavres

je ferais le plus beaux des sourires dédénieux
en signe de ton regard aveuglant et loin dans les profondeurs

tu t étrangle a jamais





mely

Les poèmes sont la propriété de leurs poètes.
Contact  -  Soumettre un poème  -  Accueil