Bienvenue!
Ecrire un poème
Vos Poemes
 Poème Abandon (77)
 Poème Acrostiches (29)
 Poème Amitié (142)
 Poème Amour (594)
 Poème Anglais (29)
 Poème Animal (79)
 Poème Anniversaire (47)
 Poème Bebe (46)
 Poème Coupable (76)
 Poème Dictons (31)
 Poème Divers (845)
 Poème Drague (28)
 Poème Ecole (30)
 Poème en prose (78)
 Poème Enfant (108)
 Poème Enterrement (22)
 Poème Esprit (22)
 Poème Fête des grands-mères (14)
 Poème Fête des mères (52)
 Poème Fleurs (30)
 Poème Gothique (35)
 Poème Heureux (33)
 Poème Internet (69)
 Poème Interrogations ? (32)
 Poème Italien amoureux et amoureuse (51)
 Poème Jacques Prévert (63)
 Poème Japonais (31)
 Poème Maman (50)
 Poème Mariage (75)
 Poème Meilleur ami (85)
 Poème Mort (92)
 Poème Noel (66)
 Poème Nous (63)
 Poème Papa (77)
 Poème Pardon (75)
 Poème Parents (35)
 Poème Paul Eluard (74)
 Poème Racisme (27)
 Poème Religion (35)
 Poème Responsabilité (24)
 Poème Retraite (21)
 Poème Rêves (30)
 Poème Rires (76)
 Poème Romantique (43)
 Poème Rupture (33)
 Poème Saint Valentin (35)
 Poème Secret (19)
 Poème Skyblog (76)
 Poème SMS Amour (35)
 Poème Soeur (36)
 Poème Soleil (73)
 Poème Solitude (67)
 Poème Souffrance (99)
 Poème Toi (50)
 Poème Travail (42)
 Poème Triste (95)
 Poème Vengeance (69)
 Poème Vérité (41)
 Poème Verlaine (78)
 Poème Victor Hugo (68)
 Poème Vie (59)
 Poème Vieillesse (16)
 Poème Violence (31)
 Poème Voyage (24)

 Lettre amour (47)

Twas la nuit avant Noël  Format imprimable  Format imprimable

Twas la nuit avant Noël, quand tout par la maison pas une créature remuait, ne pas égaliser une souris ; Les bas ont été accrochés par la cheminée avec le soin, dans les espoirs que la rue Nicholas bientôt serait là ;

Les enfants ont été nichés tout douillettement dans leurs lits, alors que les visions des sucre-prunes dansaient dans des leurs têtes ; Et la maman dans son 'foulard, et l'I dans mon chapeau, s'étaient juste installés pour d'un long le somme hiver,

Quand dehors sur la pelouse là a surgi un tel cliquetis, j'ai jailli du lit pour voir ce qui était la matière. Loin à la fenêtre j'ai volé comme un flash, ai déchiré ouvert les obturateurs et les ai jeté vers le haut de la ceinture.

La lune sur le sein de la neige nouveau-tombée a donné l'éclat du midi aux objets ci-dessous, Quand, ce qui à mon se demander observe devrait apparaître, mais un traîneau miniature, et le renne huit minuscule,

Avec un petit vieux conducteur, si animé et rapide, j'ai su dans un moment où ce doit être rue Nick. Plus rapide que des aigles ses coursers ils sont venus, et il a sifflé, et a crié, et les a appelés de nom ;

« Maintenant, DASHER ! maintenant, DANSEUR ! maintenant, PRANCER et VIXEN ! Sur, COMÈTE ! sur le CUPIDON ! sur, DONNER et BLITZEN ! Jusqu'au dessus du porche ! jusqu'au dessus du mur ! Maintenant tiret parti ! tiret loin ! tiret loin tout ! «

En tant que les feuilles sèches qui avant l'ouragan sauvage volent, quand elles rencontrent un obstacle, bâti au ciel, ainsi jusqu'au toit les coursers qu'ils ont volés, avec le traîneau plein des jouets, et de la rue Nicholas aussi.

Et puis, dans un scintillement, j'ai entendu sur le toit caracoler et tripoter de chaque petit sabot. Pendant que je dessinais dans ma main, et tournais autour, en bas de la rue de cheminée Nicholas est venu avec une limite.

Il a été habillé tous en fourrure, de sa tête à son pied, et ses vêtements tous ont été ternis avec les cendres et la suie ; Un paquet de jouets qu'il avait jetés sur le sien en arrière, et il a ressemblé à une ouverture juste de marchand ambulant son paquet.

Ses yeux -- comment ils ont scintillé ! ses fossettes comment joyeux ! Ses joues étaient comme les roses, son nez comme une cerise ! Sa petite bouche drôle a été élaborée comme un arc, et la barbe de son menton était aussi blanche que la neige ;

Le tronçon d'une pipe qu'il s'est tenue fortement dans des ses dents, et la fumée elle a encerclé sa tête comme une guirlande ; Il a eu un large visage et un petit ventre rond, celui a secoué, quand il a ri comme un bowlful de la gelée.

Il était potelé et laisse tomber, un vieil elfe gai droit, et j'ai ri quand je l'ai vu, malgré me ; Cligne de l'oeil de son oeil et une torsion de sa tête, m'a bientôt donné pour savoir que je n'ai eu rien à redouter ;

Il a parlé pas un mot, mais est allé directement à son travail, et a rempli tous bas ; alors tourné avec une secousse, et étendre son doigt de côté de son nez, et donner un signe d'assentiment, vers le haut de la cheminée il s'est levé ;

Il a jailli à son traîneau, à son équipe a donné sifflent, et loin ils tous ont volé comme le bas d'un chardon. Mais je l'ai entendu hurler, avant qu'il ait chassé de la vue, « NOËL HEUREUX À TOUS, ET À TOUT L'A BONNE NUIT ! »





Clement Clarke Moore

Les poèmes sont la propriété de leurs poètes.
Contact  -  Soumettre un poème  -  Accueil