Bienvenue!
Ecrire un poème
Vos Poemes
 Poème Abandon (77)
 Poème Acrostiches (29)
 Poème Amitié (141)
 Poème Amour (594)
 Poème Anglais (29)
 Poème Animal (79)
 Poème Anniversaire (47)
 Poème Bebe (46)
 Poème Coupable (76)
 Poème Dictons (31)
 Poème Divers (825)
 Poème Drague (28)
 Poème Ecole (30)
 Poème en prose (78)
 Poème Enfant (108)
 Poème Enterrement (22)
 Poème Esprit (22)
 Poème Fête des grands-mères (14)
 Poème Fête des mères (52)
 Poème Fleurs (30)
 Poème Gothique (35)
 Poème Heureux (33)
 Poème Internet (69)
 Poème Interrogations ? (32)
 Poème Italien amoureux et amoureuse (51)
 Poème Jacques Prévert (63)
 Poème Japonais (31)
 Poème Maman (50)
 Poème Mariage (75)
 Poème Meilleur ami (85)
 Poème Mort (92)
 Poème Noel (66)
 Poème Nous (63)
 Poème Papa (77)
 Poème Pardon (75)
 Poème Parents (35)
 Poème Paul Eluard (74)
 Poème Racisme (27)
 Poème Religion (35)
 Poème Responsabilité (24)
 Poème Retraite (21)
 Poème Rêves (30)
 Poème Rires (76)
 Poème Romantique (43)
 Poème Rupture (33)
 Poème Saint Valentin (35)
 Poème Secret (19)
 Poème Skyblog (76)
 Poème SMS Amour (35)
 Poème Soeur (36)
 Poème Soleil (73)
 Poème Solitude (67)
 Poème Souffrance (99)
 Poème Toi (50)
 Poème Travail (42)
 Poème Triste (95)
 Poème Vengeance (69)
 Poème Vérité (41)
 Poème Verlaine (78)
 Poème Victor Hugo (68)
 Poème Vie (59)
 Poème Vieillesse (16)
 Poème Violence (31)
 Poème Voyage (24)

 Lettre amour (47)

Le loup constant  Format imprimable  Format imprimable

Des amis, ils viennent et disparaissent,
Coulant et baissant, comme marée.
Quand on fait un pas loin, est allé,
Dans leur endroit des autres glisseront.
Je me demande,
`ce que la volonté d'ami durent ?
Qui doit rester vrai et confiance ?
' Une partie de moi va avec chacun qui passe.
Est-ce que je serai lentement ébréché dans rien ?
Je les aime tout chers, et toujours, mais qui peut dicter nos chemins et courses ?
Ils peuvent disparaître, mais ami qu'ils resteront.
Mais - pas la même sorte d'amis.
Pour garder un ami, shackled par le côté à un, est de garder un oiseau de son vol de liberté.
Je ne serai pas celui à obscurcir Quelqu'un destin avec ma nuit.
Mais que, alors, est laissé pour moi ?
Est-ce que je suis à baisser lentement loin ?
Je ne devrais pas penser que c'est amitié, pour semer des graines d'affaiblissement.
J'ai besoin d'un ami. Un ami à rester.
Je ne trouve personne. Ils tout, tantôt, dériveront leurs fleuves séparés.
Et suis ici je, avec le rien mais un soupir.
Je regarde autour et que devrait prendre mon oeil ?
Petite une chose loqueteuse et étreindre-usée. Un jouet de jeu acheté il y a bien longtemps en Helen, âges après.
Une consolation de abondance et une joie silencieuse.
Bois de construction, petit loup, observant avec
Ceux glassen, des yeux d'obsidien.
Il peut ne pas parler, ou entasser sa tête,
Mais il sera toujours le mien.





Sophia White

Les poèmes sont la propriété de leurs poètes.
Contact  -  Soumettre un poème  -  Accueil