Bienvenue!
Ecrire un poème
Vos Poemes
 Poème Abandon (77)
 Poème Acrostiches (29)
 Poème Amitié (142)
 Poème Amour (595)
 Poème Anglais (29)
 Poème Animal (80)
 Poème Anniversaire (47)
 Poème Bebe (46)
 Poème Coupable (81)
 Poème Dictons (31)
 Poème Divers (1116)
 Poème Drague (28)
 Poème Ecole (35)
 Poème en prose (83)
 Poème Enfant (108)
 Poème Enterrement (27)
 Poème Esprit (23)
 Poème Fête des grands-mères (24)
 Poème Fête des mères (62)
 Poème Fleurs (30)
 Poème Gothique (35)
 Poème Heureux (33)
 Poème Internet (69)
 Poème Interrogations ? (32)
 Poème Italien amoureux et amoureuse (51)
 Poème Jacques Prévert (68)
 Poème Japonais (31)
 Poème Maman (51)
 Poème Mariage (75)
 Poème Meilleur ami (85)
 Poème Mort (97)
 Poème Noel (66)
 Poème Nous (63)
 Poème Papa (78)
 Poème Pardon (75)
 Poème Parents (35)
 Poème Paul Eluard (74)
 Poème Racisme (27)
 Poème Religion (35)
 Poème Responsabilité (24)
 Poème Retraite (21)
 Poème Rêves (30)
 Poème Rires (81)
 Poème Romantique (48)
 Poème Rupture (44)
 Poème Saint Valentin (40)
 Poème Secret (24)
 Poème Skyblog (76)
 Poème SMS Amour (40)
 Poème Soeur (36)
 Poème Soleil (73)
 Poème Solitude (67)
 Poème Souffrance (99)
 Poème Toi (55)
 Poème Travail (42)
 Poème Triste (100)
 Poème Vengeance (69)
 Poème Vérité (41)
 Poème Verlaine (78)
 Poème Victor Hugo (68)
 Poème Vie (59)
 Poème Vieillesse (16)
 Poème Violence (31)
 Poème Voyage (29)

 Lettre amour (47)

Tête contre les murs  Format imprimable  Format imprimable

Il y avait seulement quelques uns de eux En toute terre Chacun a pensé qu'il était seul Ils ont chanté, ils avaient raison Pour chanter Mais ils ont chanté la manière que vous renvoyez une ville La manière vous vous tuez.

Nuit moite frangée Nous vous supporterons Plus longtemps Nous pas secouons Votre évidence cloacale Nous n'attendrons pas un matin Fait pour mesurer Nous avons voulu voir dans les yeux d'autres Leurs nuits de l'amour épuisées Ils rêvent seulement de la mort Leur belle chair oubliée Abeilles attrapées en leur miel Elles sont ignorantes de la vie Et nous souffrons partout Les toits rouges se dissolvent sous la langue Canicule dans les pleins lits Venez, vider le votre renvoie du sang frais Il y a toujours une ombre ici

Un lambeau d'imbécile là Dans le vent leurs masques, leurs défroques En fil leurs pièges, leurs chaînes Et les gestes de leurs aveugle-hommes prudents Il y a le feu sous des roches Si vous eteigniez le feu Faire attention nous ont En dépit de la nuit il multiplie Plus de force que le ventre De vos épouses et soeurs Et nous nous reproduirons Sans eux mais par des courses de hache Dans vos prisons

Torrents des travaux en pierre de la mousse Là où les yeux flottent sans rancoeur Yeux justes sans espoir Cela vous connaissent Et cela que vous devriez avoir eteint Plutôt qu'ignorer

Avec une goupille de sécurité plus vite que vos gibbets nous prendrons notre butin où nous voulons qu'elle soit





Paul Eluard

Les poèmes sont la propriété de leurs poètes.
Contact  -  Soumettre un poème  -  Accueil