Bienvenue!
Ecrire un poème
Vos Poemes
 Poème Abandon (77)
 Poème Acrostiches (29)
 Poème Amitié (142)
 Poème Amour (595)
 Poème Anglais (29)
 Poème Animal (80)
 Poème Anniversaire (47)
 Poème Bebe (46)
 Poème Coupable (81)
 Poème Dictons (31)
 Poème Divers (1118)
 Poème Drague (28)
 Poème Ecole (35)
 Poème en prose (83)
 Poème Enfant (108)
 Poème Enterrement (27)
 Poème Esprit (23)
 Poème Fête des grands-mères (24)
 Poème Fête des mères (62)
 Poème Fleurs (30)
 Poème Gothique (35)
 Poème Heureux (33)
 Poème Internet (69)
 Poème Interrogations ? (32)
 Poème Italien amoureux et amoureuse (51)
 Poème Jacques Prévert (68)
 Poème Japonais (31)
 Poème Maman (51)
 Poème Mariage (75)
 Poème Meilleur ami (85)
 Poème Mort (97)
 Poème Noel (66)
 Poème Nous (63)
 Poème Papa (78)
 Poème Pardon (75)
 Poème Parents (35)
 Poème Paul Eluard (74)
 Poème Racisme (27)
 Poème Religion (35)
 Poème Responsabilité (24)
 Poème Retraite (21)
 Poème Rêves (30)
 Poème Rires (81)
 Poème Romantique (48)
 Poème Rupture (44)
 Poème Saint Valentin (40)
 Poème Secret (24)
 Poème Skyblog (76)
 Poème SMS Amour (40)
 Poème Soeur (36)
 Poème Soleil (73)
 Poème Solitude (67)
 Poème Souffrance (99)
 Poème Toi (55)
 Poème Travail (42)
 Poème Triste (100)
 Poème Vengeance (69)
 Poème Vérité (41)
 Poème Verlaine (78)
 Poème Victor Hugo (68)
 Poème Vie (59)
 Poème Vieillesse (16)
 Poème Violence (31)
 Poème Voyage (29)

 Lettre amour (47)

À la fenêtre  Format imprimable  Format imprimable

Je n'ai pas toujours eu cette certitude, ce pessimisme qui rassure le meilleur parmi nous. Il y avait un temps où mes amis ont ri de moi. Je n'étais pas le maître de mes mots. Une certaine indifférence, I n'ont pas toujours su bien ce que j'ai voulu dire, mais le plus souvent il était parce que je n'ai eu rien à parole. La nécessité de parler et le désir de ne pas être entendu. Ma vie accrochant seulement par un fil.

Il y avait un temps où j'ai semblé ne comprendre rien. Mes chaînes ont flotté sur l'eau.

Tous mes désirs sont soutenus de mes rêves. Et j'ai prouvé mon amour avec des mots. À quel fantastique les créatures m'ont se sont confiées, en quel monde douloureux et ravishing a mon imagination inclus je ? Je suis sûr d'avoir été ai aimé dans le plus mystérieux des domaines, mes propres. la langue de mon amour n'appartient pas à la langue humaine, mon corps humain ne touche pas la chair de mon amour. Mon imagination amoureuse a toujours été constante et assez haut de sorte que rien a pu essayer de me convaincre de l'erreur.





Paul Eluard

Les poèmes sont la propriété de leurs poètes.
Contact  -  Soumettre un poème  -  Accueil