Bienvenue!
Ecrire un poème
Vos Poemes
 Poème Abandon (77)
 Poème Acrostiches (29)
 Poème Amitié (144)
 Poème Amour (603)
 Poème Anglais (29)
 Poème Animal (80)
 Poème Anniversaire (48)
 Poème Bebe (46)
 Poème Coupable (82)
 Poème Dictons (31)
 Poème Divers (1198)
 Poème Drague (30)
 Poème Ecole (35)
 Poème en prose (84)
 Poème Enfant (108)
 Poème Enterrement (27)
 Poème Esprit (23)
 Poème Fête des grands-mères (24)
 Poème Fête des mères (62)
 Poème Fleurs (32)
 Poème Gothique (36)
 Poème Heureux (34)
 Poème Internet (70)
 Poème Interrogations ? (44)
 Poème Italien amoureux et amoureuse (51)
 Poème Jacques Prévert (68)
 Poème Japonais (32)
 Poème Maman (51)
 Poème Mariage (75)
 Poème Meilleur ami (86)
 Poème Mort (97)
 Poème Noel (66)
 Poème Nous (63)
 Poème Papa (79)
 Poème Pardon (75)
 Poème Parents (35)
 Poème Paul Eluard (75)
 Poème Racisme (27)
 Poème Religion (36)
 Poème Responsabilité (24)
 Poème Retraite (22)
 Poème Rêves (30)
 Poème Rires (81)
 Poème Romantique (48)
 Poème Rupture (44)
 Poème Saint Valentin (40)
 Poème Secret (24)
 Poème Skyblog (77)
 Poème SMS Amour (40)
 Poème Soeur (36)
 Poème Soleil (74)
 Poème Solitude (68)
 Poème Souffrance (99)
 Poème Toi (56)
 Poème Travail (42)
 Poème Triste (101)
 Poème Vengeance (69)
 Poème Vérité (41)
 Poème Verlaine (79)
 Poème Victor Hugo (68)
 Poème Vie (59)
 Poème Vieillesse (16)
 Poème Violence (31)
 Poème Voyage (29)

 Lettre amour (48)

Naissance d'un amour  Format imprimable  Format imprimable
Serge, Poète 77, 59 ans

Quand la rosée se pose en ce beau matin blême
Et la rose a posé pour le peintre bohème;
Lorsque tes longs cheveux rampent loin sur ma peau
Et mes doigts sur ton corps pianotent des rondeaux,
Une folle ivresse m'enveloppe de brume
Et berce mes rêves sur un rayon de lune.

Lorsque tes larmes d'or remplissent les rivières,
De gigantesques flots envahissent la terre;
Quand tes yeux d'amande se posent sur les miens,
Me lancent des éclairs et m'emmènent très loin,
Je sens vibrer mon cœur comme éclate un orage
Et je suis épuisé au terme du voyage.

Quand le soleil renaît, dardant de ses rayons
Ton corps ensorceleur, ton corps de cendrillon;
Lorsque sans un remous tu me prends par la main,
Restes là, étendue, te moquant du destin,
Nos cœurs se déchaînent, palpitent sous la peau
Et s'arrêtent soudain par manque de repos.

Lorsque tes bras cernent avec tant de tendresse
Ce corps qui t'est offert en signe de promesse;
Quand tes ongles vernis s'approchent sans un mot
Et, d'une rage folle, égratignent mon dos,
Nos pensées s'estompent, nous ne touchons plus terre,
C'est l'amour qui paraît regorgeant de mystères.

Quand nos corps se quittent après tant de bonheur,
Épuisés mais ravis, ils se vident de sueur;
Lorsque nous émergeons de ce très long voyage
Et que nous découvrons tout à coup nos visages,

Nous sommes pleins de joie, d'amour et de bonté,
Et nous nous embrassons car un amour est né.....

© Serge LAINÉ





"La poésie est la fleur de l'âme" © Serge LAINÉ

Les poèmes sont la propriété de leurs poètes.
Contact  -  Soumettre un poème  -  Accueil