Bienvenue!
Ecrire un poème
Vos Poemes
 Poème Abandon (77)
 Poème Acrostiches (29)
 Poème Amitié (141)
 Poème Amour (594)
 Poème Anglais (29)
 Poème Animal (79)
 Poème Anniversaire (47)
 Poème Bebe (46)
 Poème Coupable (76)
 Poème Dictons (31)
 Poème Divers (825)
 Poème Drague (28)
 Poème Ecole (30)
 Poème en prose (78)
 Poème Enfant (108)
 Poème Enterrement (22)
 Poème Esprit (22)
 Poème Fête des grands-mères (14)
 Poème Fête des mères (52)
 Poème Fleurs (30)
 Poème Gothique (35)
 Poème Heureux (33)
 Poème Internet (69)
 Poème Interrogations ? (32)
 Poème Italien amoureux et amoureuse (51)
 Poème Jacques Prévert (63)
 Poème Japonais (31)
 Poème Maman (50)
 Poème Mariage (75)
 Poème Meilleur ami (85)
 Poème Mort (92)
 Poème Noel (66)
 Poème Nous (63)
 Poème Papa (77)
 Poème Pardon (75)
 Poème Parents (35)
 Poème Paul Eluard (74)
 Poème Racisme (27)
 Poème Religion (35)
 Poème Responsabilité (24)
 Poème Retraite (21)
 Poème Rêves (30)
 Poème Rires (76)
 Poème Romantique (43)
 Poème Rupture (33)
 Poème Saint Valentin (35)
 Poème Secret (19)
 Poème Skyblog (76)
 Poème SMS Amour (35)
 Poème Soeur (36)
 Poème Soleil (73)
 Poème Solitude (67)
 Poème Souffrance (99)
 Poème Toi (50)
 Poème Travail (42)
 Poème Triste (95)
 Poème Vengeance (69)
 Poème Vérité (41)
 Poème Verlaine (78)
 Poème Victor Hugo (68)
 Poème Vie (59)
 Poème Vieillesse (16)
 Poème Violence (31)
 Poème Voyage (24)

 Lettre amour (47)

la fleur  Format imprimable  Format imprimable

Un jour, que le soleil plombait sur le sol,
je vis une fleur belle comme pas une.

En me penchant pour la cultiver,
je l'entendis me dire de ne pas lui toucher.

Comme elle me parut chaleureuse,
je lui ai offert mon amitié.

Mais en lui donnant mon coeur,
je croyais que nous serions amis.

Elle m'offrit quelques moments de tendresse,
puis se plaignant du soleil, elle se fana.

J'en fut désolée, mais en vain,
je décidai de la protéger de la récolte.

Alors que je m'adressais au fermier,
je la vis dans les mains d'une femme.

Je couru pour l'empêcher de la déraciner,
mais, quand je revins, je m'aperçus qu'elle était pareille aux autres et que j'avais rêvé cette méchanceté.





Les poèmes sont la propriété de leurs poètes.
Contact  -  Soumettre un poème  -  Accueil