Bienvenue!
Ecrire un poème
Vos Poemes
 Poème Abandon (77)
 Poème Acrostiches (29)
 Poème Amitié (142)
 Poème Amour (594)
 Poème Anglais (29)
 Poème Animal (79)
 Poème Anniversaire (47)
 Poème Bebe (46)
 Poème Coupable (76)
 Poème Dictons (31)
 Poème Divers (845)
 Poème Drague (28)
 Poème Ecole (30)
 Poème en prose (78)
 Poème Enfant (108)
 Poème Enterrement (22)
 Poème Esprit (22)
 Poème Fête des grands-mères (14)
 Poème Fête des mères (52)
 Poème Fleurs (30)
 Poème Gothique (35)
 Poème Heureux (33)
 Poème Internet (69)
 Poème Interrogations ? (32)
 Poème Italien amoureux et amoureuse (51)
 Poème Jacques Prévert (63)
 Poème Japonais (31)
 Poème Maman (50)
 Poème Mariage (75)
 Poème Meilleur ami (85)
 Poème Mort (92)
 Poème Noel (66)
 Poème Nous (63)
 Poème Papa (77)
 Poème Pardon (75)
 Poème Parents (35)
 Poème Paul Eluard (74)
 Poème Racisme (27)
 Poème Religion (35)
 Poème Responsabilité (24)
 Poème Retraite (21)
 Poème Rêves (30)
 Poème Rires (76)
 Poème Romantique (43)
 Poème Rupture (33)
 Poème Saint Valentin (35)
 Poème Secret (19)
 Poème Skyblog (76)
 Poème SMS Amour (35)
 Poème Soeur (36)
 Poème Soleil (73)
 Poème Solitude (67)
 Poème Souffrance (99)
 Poème Toi (50)
 Poème Travail (42)
 Poème Triste (95)
 Poème Vengeance (69)
 Poème Vérité (41)
 Poème Verlaine (78)
 Poème Victor Hugo (68)
 Poème Vie (59)
 Poème Vieillesse (16)
 Poème Violence (31)
 Poème Voyage (24)

 Lettre amour (47)

Vie la vie des vivants  Format imprimable  Format imprimable

Vis comme tu vivais quand tu avais vingt ans,
Et comme si jamais nul ne t’avait blessé,
Et si, proche de toi, nul ne t’avait laissé,
Vis encore et un peu, vis ta vie à plein temps.

Frimas, j’ai vu fleurir les fleurs aux premiers feux
Qu’allumaient des bergers sur la lande, le soir,
Calumets des bergers, je demande à m’asseoir,
Je jauge, je juge, je joue juste le jeu.

Survis, vois, la vie va, revient avec le vent,
Et je vais sans vouloir, mes rêves révélant
Mes pensées envolées telles un cerf volant,
Va la vie vendangeant les vignes des vivants.

Vis comme tu vivais quand tu voguais, vivant
Et demeure debout, dressé quoi qu’on en dise,
Sous la feuille, la fleur comme une friandise
Que tu vas effeuiller jusqu’au plaisir suivant.

Et garde le regard de ce garçon gardant
Toutes ses sensations dans le soir descendant…





Les poèmes sont la propriété de leurs poètes.
Contact  -  Soumettre un poème  -  Accueil