Bienvenue!
Ecrire un poème
Vos Poemes
 Poème Abandon (77)
 Poème Acrostiches (29)
 Poème Amitié (144)
 Poème Amour (599)
 Poème Anglais (29)
 Poème Animal (80)
 Poème Anniversaire (47)
 Poème Bebe (46)
 Poème Coupable (81)
 Poème Dictons (31)
 Poème Divers (1191)
 Poème Drague (30)
 Poème Ecole (35)
 Poème en prose (84)
 Poème Enfant (108)
 Poème Enterrement (27)
 Poème Esprit (23)
 Poème Fête des grands-mères (24)
 Poème Fête des mères (62)
 Poème Fleurs (31)
 Poème Gothique (36)
 Poème Heureux (33)
 Poème Internet (70)
 Poème Interrogations ? (32)
 Poème Italien amoureux et amoureuse (51)
 Poème Jacques Prévert (68)
 Poème Japonais (31)
 Poème Maman (51)
 Poème Mariage (75)
 Poème Meilleur ami (85)
 Poème Mort (97)
 Poème Noel (66)
 Poème Nous (63)
 Poème Papa (79)
 Poème Pardon (75)
 Poème Parents (35)
 Poème Paul Eluard (75)
 Poème Racisme (27)
 Poème Religion (36)
 Poème Responsabilité (24)
 Poème Retraite (21)
 Poème Rêves (30)
 Poème Rires (81)
 Poème Romantique (48)
 Poème Rupture (44)
 Poème Saint Valentin (40)
 Poème Secret (24)
 Poème Skyblog (76)
 Poème SMS Amour (40)
 Poème Soeur (36)
 Poème Soleil (73)
 Poème Solitude (68)
 Poème Souffrance (99)
 Poème Toi (56)
 Poème Travail (42)
 Poème Triste (100)
 Poème Vengeance (69)
 Poème Vérité (41)
 Poème Verlaine (78)
 Poème Victor Hugo (68)
 Poème Vie (59)
 Poème Vieillesse (16)
 Poème Violence (31)
 Poème Voyage (29)

 Lettre amour (47)

Deux inconnus "X" à un instant "T"  Format imprimable  Format imprimable

A l’origine ce n’était qu’une lettre : N
C’est devenue un mot : HAINE
Puis une phrase composée :
Je te hais pour ce que tu m’a fais
De nouveau en lettre cela s’est transformé
Afin que je t’exprime mon agressivité
Enfin il est apparu très clair
Qu’un poème suffira à exprimer ce vers

Je ris jaune lorsqu’on me parle de mon mariage manqué
Pour faire semblant que rien ne peut me toucher
Je broie du noir quand je me rappel ces moments passés
Nostalgique d’un bonheur consommé et achevé

Je passe des nuits blanches en essayant d’imaginer
Que tu es encore à mes cotés, qu’à l’aube je t’enlacerais
Je suis vert de colère de ne pas avoir pu prophétiser
Ce qui aurai pu dans notre amour être sauvé

Mes yeux bleus pleurent à chaudes larmes
Pendant que mon cœur devient de glace
Même un fer rougie aux ardentes flammes
Ne parviendrai pas à ce que notre histoire s’efface

Je suis souvent marron d’alcool brûlant
Les souvenirs un moment s’évanouissant
Sur ma tombe pousse des violettes fanées
Mon cœur violé dans son intimité est violacé





Les poèmes sont la propriété de leurs poètes.
Contact  -  Soumettre un poème  -  Accueil