Bienvenue!
Ecrire un poème
Vos Poemes
 Poème Abandon (77)
 Poème Acrostiches (29)
 Poème Amitié (142)
 Poème Amour (595)
 Poème Anglais (29)
 Poème Animal (80)
 Poème Anniversaire (47)
 Poème Bebe (46)
 Poème Coupable (81)
 Poème Dictons (31)
 Poème Divers (1185)
 Poème Drague (28)
 Poème Ecole (35)
 Poème en prose (83)
 Poème Enfant (108)
 Poème Enterrement (27)
 Poème Esprit (23)
 Poème Fête des grands-mères (24)
 Poème Fête des mères (62)
 Poème Fleurs (30)
 Poème Gothique (35)
 Poème Heureux (33)
 Poème Internet (69)
 Poème Interrogations ? (32)
 Poème Italien amoureux et amoureuse (51)
 Poème Jacques Prévert (68)
 Poème Japonais (31)
 Poème Maman (51)
 Poème Mariage (75)
 Poème Meilleur ami (85)
 Poème Mort (97)
 Poème Noel (66)
 Poème Nous (63)
 Poème Papa (78)
 Poème Pardon (75)
 Poème Parents (35)
 Poème Paul Eluard (74)
 Poème Racisme (27)
 Poème Religion (35)
 Poème Responsabilité (24)
 Poème Retraite (21)
 Poème Rêves (30)
 Poème Rires (81)
 Poème Romantique (48)
 Poème Rupture (44)
 Poème Saint Valentin (40)
 Poème Secret (24)
 Poème Skyblog (76)
 Poème SMS Amour (40)
 Poème Soeur (36)
 Poème Soleil (73)
 Poème Solitude (67)
 Poème Souffrance (99)
 Poème Toi (55)
 Poème Travail (42)
 Poème Triste (100)
 Poème Vengeance (69)
 Poème Vérité (41)
 Poème Verlaine (78)
 Poème Victor Hugo (68)
 Poème Vie (59)
 Poème Vieillesse (16)
 Poème Violence (31)
 Poème Voyage (29)

 Lettre amour (47)

Le col bleu d'Montréal  Format imprimable  Format imprimable

Petit animal d'Amerique du Nord,
Ne vous inquiétez pas il dort,
Sa vie est très routinière,
Très peu d'effort sur une base journalière.

Malgré tout il peut manger a sa faim,
Et prend tout son temps pour manger son pain,
Même s'il ne fait que nettoyer son habitat,
Plus tôt que de durs travailleurs sa retraite il prendra.

Si on menace de cesser de le nourrir,
Vers un grief il n'a qu'a courir,
Si cette méthode fonctionne très peu,
De son patron il crèvera les pneus.

Une pèle il est paye pour soulever,
Mais la seule qu'il sait manier,
C'est la fourchette du dîner,
Qui ne semble jamais s'achever.

Pauvre petite bête incomprise,
Dépourvue de tout sens de l'analyse,
Son surnom est le trou du cul,
C'est la seule partie de leur corps qui sue.

Faudrait vraiment tous les empaler,
Pauvres détritus de la société,
Enfin on aurait de l'argent pour payer,
Des gens qui veulent vraiment travailler...





Les poèmes sont la propriété de leurs poètes.
Contact  -  Soumettre un poème  -  Accueil