Bienvenue!
Ecrire un poème
Vos Poemes
 Poème Abandon (77)
 Poème Acrostiches (29)
 Poème Amitié (142)
 Poème Amour (595)
 Poème Anglais (29)
 Poème Animal (80)
 Poème Anniversaire (47)
 Poème Bebe (46)
 Poème Coupable (81)
 Poème Dictons (31)
 Poème Divers (1185)
 Poème Drague (28)
 Poème Ecole (35)
 Poème en prose (83)
 Poème Enfant (108)
 Poème Enterrement (27)
 Poème Esprit (23)
 Poème Fête des grands-mères (24)
 Poème Fête des mères (62)
 Poème Fleurs (30)
 Poème Gothique (35)
 Poème Heureux (33)
 Poème Internet (69)
 Poème Interrogations ? (32)
 Poème Italien amoureux et amoureuse (51)
 Poème Jacques Prévert (68)
 Poème Japonais (31)
 Poème Maman (51)
 Poème Mariage (75)
 Poème Meilleur ami (85)
 Poème Mort (97)
 Poème Noel (66)
 Poème Nous (63)
 Poème Papa (78)
 Poème Pardon (75)
 Poème Parents (35)
 Poème Paul Eluard (74)
 Poème Racisme (27)
 Poème Religion (35)
 Poème Responsabilité (24)
 Poème Retraite (21)
 Poème Rêves (30)
 Poème Rires (81)
 Poème Romantique (48)
 Poème Rupture (44)
 Poème Saint Valentin (40)
 Poème Secret (24)
 Poème Skyblog (76)
 Poème SMS Amour (40)
 Poème Soeur (36)
 Poème Soleil (73)
 Poème Solitude (67)
 Poème Souffrance (99)
 Poème Toi (55)
 Poème Travail (42)
 Poème Triste (100)
 Poème Vengeance (69)
 Poème Vérité (41)
 Poème Verlaine (78)
 Poème Victor Hugo (68)
 Poème Vie (59)
 Poème Vieillesse (16)
 Poème Violence (31)
 Poème Voyage (29)

 Lettre amour (47)

Songe d'un danseur  Format imprimable  Format imprimable

Sur cette mer turquoise je voguais,
À mon cours de danse je me rendais,
Dans mes songes je me perdais,
Voler comme un harfang je m’imaginais,

Ö oui, je serai vedette,
Nulle n’est mon intention de vous contez fleurette,
Du nom de Fabuleux on m’étiquette,
Je ne serai jamais jeté aux oubliettes.

J’entends l’ancre se jeter
Dans cette mer si agitée,
Un pont de brouillard j’ai traversé,
Quelques phares m’ont aveuglé,
Mais dans mon songe, je me suis replongé.

Je sortis donc de l’encre et du papier,
Et de ma plus belle plume j’ai griffonné
L’histoire d’un griot ignoré,
Qui tenta de percer comme cavalier.

Je sortis enfin de ma rêverie,
Rejoindre mes chers amis et ce professeur aigri,
Qui n’en a que pour ces «Lady »
Habillées d’une courte jupe et d’un haut de bikini

Voyant que je faisais mon zani,
Il me tapota l’épaule et me dit :

« Vous ne suivez guère l’adage !
Que de badinage mon sage !
Que de poudrerie dans vos virages !
Es-ce ainsi qu’est fait votre plumage ?
De ce corps doit sortir ce langage ! »

« Ne faites point une syncope !
Je serai le plus grand dans toute l’Europe !
Entouré de stars et de kaléidoscopes
Vous serez de ceux qui écopent ! »





Les poèmes sont la propriété de leurs poètes.
Contact  -  Soumettre un poème  -  Accueil